Malgré de nombreuses poussées technologiques ces dernières années, le diesel reste particulièrement mal aimé des automobilistes américains.

Alain McKenna, Collaboration Spéciale LA PRESSE

Selon un sondage publié la semaine dernière par le groupe Kelley Blue Book Marketing, seulement 6% des répondants estiment que le moteur diesel est un palliatif d'avenir au moteur à essence.

Quarante pour cent lui préfèrent la propulsion hybride, 20% le moteur à hydrogène, et 17% les moteurs à carburant multiple (Flex-fuel).

«De toute évidence, les Américains ont encore à l'esprit le diesel salissant et puant d'autrefois, et ne sont pas informés des avantages de la nouvelle technologie du diesel propre», a résumé Jack Nerad, directeur de Kelley Blue Book Marketing.