On en parle depuis quelques années déjà : la moto se cherche de nouveaux joueurs, sur de nouveaux terrains de jeu. Les motards en quête d'aventure sont l'une des clientèles visées, et chaque constructeur a pris soin d'offrir ces grosses bécanes inspirées des bêtes de rallye enduro. Mais encore faut-il savoir les piloter.

Pierre-Marc Durivage LA PRESSE

En préparation d'une longue randonnée estivale dans des régions inhospitalières, je n'ai pas eu à chercher longtemps pour trouver la personne la mieux habilitée à me donner quelques conseils. Patrick Beaulé a terminé le rallye Dakar en janvier dernier, en plus d'être multiple champion en motocross enduro, il doit certainement avoir quelques bons trucs dans son sac. En fait, c'était encore mieux: il est arrivé accompagné de son collègue chez KTM, Marc Fontaine, l'un des trois seuls entraîneurs québécois certifiés auprès de la réputée école de pilotage BMW Motorrad, à Munich, en Allemagne.

«Ce n'est pas un cours de compétition ou d'acrobaties. C'est axé sur la sécurité et sur les techniques de pilotage», avertit d'entrée de jeu Marc. D'accord, on ne va jamais bien vite, mais on en sort avec une satisfaction égale à celle que l'on ressent après une formation sur piste à haute vitesse. «Les gens sont toujours en quête d'adrénaline, mais ce n'est pas sécuritaire de trouver son compte sur la route à cause de la vitesse trop élevée, poursuit l'entraîneur. Avec la conduite hors route, on peut vivre des sensations fortes en restant sur le premier rapport.»

Les techniques apprises sont aussi franchement valorisantes parce que différentes autant de la moto de route que du motocross. «En piste, le poids du pilote est porté vers l'intérieur du virage alors qu'en hors-route, le poids doit rester aussi perpendiculaire au sol que possible», assure Patrick Beaulé en illustrant le mouvement sur sa moto. «Et ce n'est pas du tout la même technique qu'en motocross, renchérit de son côté Marc Fontaine. Bien sûr, ça permet d'avoir une bonne base, mais on ne roule pas en motocross comme on le fait avec une grosse bécane double usage.»

Les concessionnaires vont souvent offrir le cours de perfectionnement à l'achat d'une moto double usage. BMW l'a fait, KTM y songe sérieusement, si bien que la moitié des acheteurs ont suivi le cours. Néanmoins, il reste des sceptiques, selon Marc Fontaine. «Près de 70% des gens qui achètent des motos double usage le font d'abord pour le look, soutient-il. Seulement 5% vont aller rouler avec dans la gravelle. Et du nombre, moins de 1% vont la mettre dans la misère comme je le fais.»

«Mais on s'aperçoit à la fin du cours à quel point c'est utile», nous dit Marc après notre exigeante journée d'apprentissage. «Toi, ce matin, tu ne serais probablement pas revenu de l'autre côté de la côte», poursuit le pédagogue en montrant le talus où l'on a pratiqué les montées et les descentes. «Tu as appris à oublier la surface sur laquelle tu roulais. On donne confiance aux gens en leur expliquant chacun des éléments qui leur permettront éventuellement de maîtriser les différentes techniques.»

Le cours offert par Marc Fontaine coûte 250$ pour huit heures de formation. Il faut bien sûr avoir sa propre moto et un minimum d'équipement. «Par exemple, je n'accepterai pas quelqu'un qui arrive en jeans et en souliers de course, avertit Marc. On doit porter un équipement avec un minimum de protection.»

Mais l'énergie déployée par l'instructeur pour communiquer ses connaissances vaut le coup. «Ce qui m'a poussé à enseigner la moto est ma passion d'aller jusqu'au bout des choses, affirme Marc Fontaine. J'adore la moto et l'aventure et j'ai donc voulu partager cette passion. Pour ce faire, il n'y a rien de mieux que d'enseigner.»

> Pour joindre Marc Fontaine: mfontaine@ktmnorthamerica.com

> Pour suivre Patrick Beaulé: www.facebook.com/patrick.beaule.18

Mécanique

Position et posture

Enfourcher la moto adéquatement

Piloter debout, le centre du pied sur les appuis; permet de conserver le centre de gravité le plus bas possible

Garder la tête haute en tout temps et regarder loin devant

Retirer les pièces de caoutchouc qui recouvrent les appuis-pied

Mains en ligne droite avec la position des leviers de freins et d'embrayage

Ajuster les commandes en fonction de la position de conduite, selon que l'on est surtout debout ou assis

Remplacer les miroirs d'origine par des pièces flexibles

Vérifier la pression des pneus; sur le gravier, la pression est 20% plus basse que sur l'asphalte, ça permet d'augmenter la surface du pneu en contact avec le sol

Vérifier l'usure des pneus et leur date de péremption

Équipement*

Bon casque

Gants de route

Manteau et pantalons avec protecteurs aux genoux, aux coudes et au dos

Bottes avec un bon support pour la cheville et une semelle rigide

(*) : Les longues randonnées nécessitent une préparation spéciale, on y reviendra dans un reportage subséquent.

Techniques

° Comment relever une moto

° Franchissement de passages étroits

° Slalom serré

° Exercices de braquage complet

° Freinage d'urgence sur gravier

° Ascension et descente de côte et freinage d'urgence en montée

° Franchissement de plan d'eau ou de mare de boue