Les régulateurs américains enquêtent sur 1,4 million de véhicules Toyota à la suite de 161 accidents et incendies au cours desquels neuf personnes ont été blessées, d'après une notice postée sur le site de l'agence américaine de sécurité routière (NHTSA).

AGENCE FRANCE-PRESSE

Aucun décès n'est survenu lors de ces incendies, qui ont démarré dans les commandes électriques servant à remonter ou baisser les vitres. Les régulateurs n'ont fourni aucun détail sur la gravité des blessures dans leur notice.

L'enquête intervient alors que Toyota a à peine reconquis le terrain perdu aux États-Unis et au niveau mondial à l'issue de deux années noires, dues des inondations en Thaïlande et au tremblement de terre au Japon mais aussi de très nombreux problèmes techniques qui ont occasionné le rappel de quelque 10 millions de véhicules dans le monde et érodé sa réputation.

Le géant automobile nippon est redevenu numéro un mondial au premier trimestre, dépassant l'américain General Motors.

Ce nouveau problème technique potentiel a été repéré après que certains véhicules du constructeur eurent été l'objet «d'un taux élevé d'incendies et d'incidents thermiques», explique la NHTSA.

Les véhicules touchés comprennent la Toyota Camry, voiture la plus vendue aux États-Unis, la Camry Hybrid, le VUS RAV4, la Yaris et le Highlander Hybrid construits entre 2006 et 2008. L'enquête a commencé en février et a été renforcée jeudi. Elle pourrait déboucher sur un rappel, mais pas forcément.

Toyota a aussi fait état de 49 demandes de garanties liées à des incendies de véhicules dans la commande des fenêtres.