Moteur avant, roues motrices arrière, transmission manuelle de série. La Subaru BRZ campe son approche sur une philosophie éminemment classique, voire presque nostalgique pour une voiture qui a célébré son quatrième anniversaire de naissance cette année.

Charles René LA PRESSE

Cette rebelle de la famille Subaru, qui se positionne dans le volet sportif de la marque en marge des plus cérébrales WRX et WRX STI, est un audacieux pari, une oeuvre de répertoire. Au-delà de cette étiquette, c'est également l'expression d'une industrie automobile japonaise qui cherche à se dynamiser depuis des années tout en puisant son inspiration dans ses sportives des années 80.

La BRZ a une bonne gueule, mais c'est sous cet angle, au volant, qu'on l'apprécie le plus.

Design sage, regard perçant

Alors, comment s'articule concrètement cette pensée ? De prime abord, pas de manière très expressive sur la présentation, ce qui n'est pas pour autant une mauvaise chose. Remaquillée en partie pour l'année-modèle 2017, la BRZ affiche cependant un regard plus perçant qu'auparavant. Les feux de jour sont maintenant des diodes dessinées en C et les phares, également composés de diodes, sont de plus forte intensité. Ce combiné donne des résultats pour le moins impressionnants en conduite nocturne grâce à son faisceau lumineux très puissant.

Cette sagesse manifeste de la part des designers a permis de coucher des proportions bien dosées, une élégance tranquille. 

Sur la latérale, le capot bas et les ailes bombées au niveau des roues permettent de dégager le point de vue et de donner un beau coup d'oeil. On sent la voiture basse, bien appuyée, même à l'arrêt.

Pure machine de conduite

On prend rapidement le pouls de la BRZ en prenant place dans des sièges très enveloppants et surtout très bas.

L'habitacle est aussi plutôt dépouillé, tout est concentré sur les instruments de mesure, un bloc composé, pour l'essentiel, de deux cadrans à fond ambré s'imbriquant l'un dans l'autre. Les matériaux sont dans l'ensemble de bonne qualité, avec une large surface en matière souple. Malgré ses dimensions très compactes, cette BRZ est aussi fort généreuse pour les passagers avant. Oubliez cependant les places arrière qui devraient terroriser à leur seule vue les deux passagers supplémentaires.

Le quatre-cylindres à plat de 2 L prend vie au moyen d'une bonne vieille clé. Le ralenti, assez doux, suggère un tempérament plutôt placide. On dénote cependant assez rapidement que ce n'est pas tout à fait le cas. Bien en voix, surtout du compartiment moteur, il laisse échapper un chant plutôt grave pour sa cylindrée, une caractéristique de ces moteurs Boxer.

Il gagne par ailleurs cette année 5 ch et 5 lb-pi de couple, une donnée qui ne sert qu'à réellement orner la fiche technique. Pour 2017, Subaru a modifié le rapport final de pont du différentiel, passant de 4,10:1 à 4,30:1. D'apparence bien théorique, cette modification rend la voiture plus nerveuse en conduite urbaine et en départ arrêté, du renfort pour un moteur qui n'est pas très souple. Bien guidé par une excellente boîte manuelle à six rapports au guidage précis, il produit la puissance de manière pas complètement linéaire, montrant un creux à mi-régime pour reprendre vie vers la fin jusqu'au régime maximal de 7400 tr/min. La fenêtre est donc assez étroite.

Ce petit moteur de 2 litres a une grosse voix.

Faite pour les courbes; direction exceptionnelle

Il ne faut néanmoins pas juger cette BRZ par le rendement de son petit quatre-cylindres. La raison d'être de cette voiture est réellement les routes sinueuses. C'est ici que l'harmonie des composants devient manifeste. Certaines retouches à son châssis ont été apportées cette année, ce qui l'a rendu plus rigide. Même s'il était auparavant amplement résilient, ces retouches deviennent palpables lorsqu'on négocie des bosses. Cette BRZ s'inscrit en outre avec une précision chirurgicale dans chaque virage au moyen d'une des meilleures directions du moment, toutes catégories confondues. Elle exhibe certes un certain roulis, mais cela ne gâche en rien l'expérience, carrément charmante. Rares sont les voitures qui peuvent égayer autant des balades sans devoir pousser au-delà des vitesses permises.

Fiable, équilibrée et convenablement performante, cette BRZ est un des secrets bien gardés chez les sportives abordables. Malgré toutes ses qualités, elle reste et restera un produit de niche pour le marché canadien en raison de son architecture à propulsion et de son petit habitacle. Chose certaine, elle ne mérite certainement pas de si faibles ventes pour un classique en devenir.

Fiche technique

Version à l'essai : de base

Prix (avec options et transport) : 29 760 $

Moteur : L4 DACT 2 L

Puissance : 205 ch à 7000 tr/min

Couple : 156 lb-pi de 6400 à 6800 tr/min

Transmission (modèle à l'essai) : manuelle à six rapports

Architecture motrice : moteur longitudinal avant, propulsion

Consommation (ÉnerGuide) : 9,6 L/100 km (Super)