Le ministre des Transports Robert Poëti veut durcir les sanctions contre les conducteurs qui envoient des messages textes au volant.

Publié le 24 sept. 2014
Alexandre Robillard LA PRESSE CANADIENNE

M. Poëti a évoqué mercredi la possibilité d'augmenter le nombre de points d'inaptitude des automobilistes fautifs.

Selon le ministre, les sanctions pourraient aller jusqu'à quatre points en cas d'infraction.

L'ampleur du phénomène est difficile à évaluer, mais M. Poëti a estimé que plusieurs accidents sont causés par l'utilisation de téléphones intelligents au volant.

Des campagnes de publicité ont traité de la question, mais l'heure est maintenant aux sanctions, a indiqué le ministre.

M. Poëti a déclaré que des discussions au sujet d'une augmentation des pénalités a été discutée avec la Société de l'assurance automobile du Québec (SAAQ).

«Souvent lorsque vous avez un accident, et s'il y a un décès, vous ne savez pas nécessairement que l'accident a été causé par ça, mais on sait qu'actuellement il y a plusieurs accidents, il y a beaucoup de gens qui n'ont pas d'acuité au volant parce qu'ils sont en train de texter. On fait de la prévention, mais malheureusement, des gens tous les jours textent en conduisant, c'est inacceptable, malheureusement on va devoir prendre les moyens pour régler ce problème-là je l'espère.»