Le constructeur automobile italien Fiat a confirmé son engagement à ne fermer aucune de ses usines en Italie et à préserver en l'état leurs effectifs, a déclaré vendredi le ministre du Développement économique Flavio Zanonato à l'issue d'une rencontre avec les deux principaux dirigeants de Fiat, son président John Elkann et son administrateur délégué Sergio Marchionne.

AGENCE SCIENCE PRESSE

Ces thèmes, de même que la situation du marché automobile, ont été au coeur de leurs discussions, selon un communiqué des services du ministre.

MM Zanonato, Elkann et Marchionne sont également tombés d'accord «sur le fait que "l'italianité" de Fiat est une valeur ajoutée importante dans les stratégies de projection internationale du groupe, qui représente de son côté l'une des marques les plus estimées du Made in Italy», selon le texte.

Fiat est régulièrement soupçonné par les syndicats et la presse italienne de vouloir quitter son siège historique de Turin pour Detroit, une fois achevée sa fusion avec son partenaire américain Chrysler.

La polémique a été alimentée par l'annonce la semaine dernière que la compagnie parente Fiat Industrial envisageait d'installer son siège social en Grande Bretagne, une fois achevée sa propre fusion avec sa filiale CNH Global.