À quoi ressemblera la voiture de demain? Cette question, très actuelle, ne date pas d'aujourd'hui.

Jean-Christophe Laurence LA PRESSE

Depuis que l'automobile existe, designers, ingénieurs et constructeurs ont toujours cherché à créer des modèles plus performants, moins polluants, plus sécuritaires ou tout simplement plus futuristes dans leur look.

Leurs idées étaient parfois farfelues, parfois visionnaires. Certaines se sont concrétisées, d'autres ont été abandonnées en cours de route... Dieu merci! Mais en général, on remarque que les obsessions des fabricants n'ont pas beaucoup changé. Voiture volante, voiture téléguidée, voiture électrique, carrosserie de plastique, vision panoramique, pare-chocs en styromousse: ces préoccupations sont aussi actuelles aujourd'hui qu'elles l'étaient... dans les années 40!

«La seule chose qu'ils n'avaient pas vue venir, c'est la révolution électronique, souligne Marc Lachapelle, coauteur du Guide de l'auto. Tout était pensé dans un paradigme mécanique. Ils n'avaient pas prévu que l'informatique aiderait à développer des voitures plus performantes.»

On annonce une première voiture sans volant pour 2015. Et une voiture qui vole pour... euh... plus tôt que vous ne le croyez: le 10 mai dernier, une auto volante rudimentaire (un dune buggy avec une hélice arrière) a fait un atterrissage d'urgence à Vernon, en Colombie-Britannique...

Petit retour vers le futur du passé.

***

Coaster (Carter) 1966

Le fantasme de la voiture électrique ne date pas d'hier. La preuve avec cette Coaster de Carter, imaginée au milieu des années 60. Malgré une belle campagne de promotion, ce prototype n'a jamais vu le jour.

Quarante-sept ans plus tard, les voitures électriques font tranquillement leur entrée sur le marché avec les Nissan Leaf, Mitsubishi i-Miev ou Chevrolet Volt.

Mais on est encore loin d'un phénomène de masse.

«La batterie est encore la limite de la voiture électrique, tranche Marc Lachapelle, coauteur du Guide de l'auto. Il y a quelques modèles intéressants, mais il y a encore la hantise de la panne et les contraintes de la recharge...»

Photo archives La Presse

Voiture expérimentale (Fairchild) 1972

Avec son pare-chocs «absorbant» rempli de styromousse, ce modèle se vantait d'offrir «une meilleure protection pour le piéton» !

On rit, là, mais le concept a quand même fait son chemin. Aujourd'hui, la plupart des voitures possèdent un pare-chocs en membrane de composite, avec de la mousse à l'intérieur.

Les piétons ne réalisent pas leur chance...

Photo fournie par le fabricant

Modulo (Ferrari) 1972

L'archétype de la voiture futuriste, dessiné pour Ferrari par Pininfarina.

La Modulo se vantait d'avoir éliminé le tableau de bord et tous les commutateurs inutiles. Problème: c'était un désastre dans les virages.

La Modulo n'a jamais été commercialisée.

Photo United photographers international

City-Car (British Motor Corporation) 1968

Une papemobile? Une voiture de golf? Un aquarium?

Tout simplement la City-Car de BMC.

Ce cube à vision panoramique fut dévoilé en grande pompe dans les rues de Londres en 1968. Malgré sa campagne de marketing sexy, la voiture n'a jamais dépassé le stade d'objet de curiosité.

Photo La Presse Canadienne

Sans nom (Alexis Svid) 1958

Malgré les apparences, cette «auto tamponneuse» d'Alexis Svid était un projet très sérieux.

Remarquez la double protection de pare-chocs. Visionnaire!

«Par où on entre?» Et qui était Alexis Svid? Son nom n'apparaît nulle part sur Google...

Photo archives La Presse

La Formacar (Borg-Wagner) 1969

La carrosserie de la Formacar était faite de feuilles de thermoplastique. Selon le fabricant, cela réduisait grandement le coût de fabrication, à cause du nombre de pièces utilisées (50 contre 250 pour une voiture normale).

L'aventure n'a pas eu de suite, mais l'idée a fait du chemin, notamment avec la Corvette de GM, qui a eu des carrosseries en fibre de verre et en polymère.

Photo archives La Presse

Continental Nineteen Fifty X (Ford) 1952

La «voiture de demain», selon Ford, possédait un toit transparent à «basse température», ce qui évitait au conducteur de cuire sous l'effet de loupe de son habitacle.

Ce modèle particulier n'a pas été commercialisé, mais l'idée du toit panoramique continue d'être explorée. Mercedes est allée assez loin dans ce domaine avec son Magic Sky Control, qui permet de rendre le toit opaque grâce à une couche électrochimique actionnée par un bouton.

Photo Associated Press

Lev 2000 (Bayer) 1965

Elle mesurait 27 pieds de longueur, était propulsée par un réacteur et pouvait s'élever dans les airs à partir d'une rampe de lancement. Voici la «future voiture de l'an 2000» telle qu'imaginée en 1965. «Le conducteur choisit son itinéraire et appuie sur une touche correspondante. Le reste se fait électroniquement», rapporte un journal de l'époque. Évidemment, ce beau projet s'est avéré une chimère TOTALE.

Firebird III (GM) 1958

C'était la grande époque des voitures à ailerons profilés comme des chasseurs de l'aviation militaire et personne n'est allé aussi loin dans cette direction que GM avec sa Firebird III, croisement de la Batmobile et d'un jet de l'armée américaine. Le look était d'enfer, mais le modèle n'a pas fait long feu, probablement en raison de son système à turbine, qui avait tendance à surchauffer.

Munie d'un joystick au lieu du volant, elle avait aussi l'option «téléguidage», pourvu qu'elle soit conduite sur des routes électrifiées conçues spécialement à cet effet. C'est beau, le rêve...

Photo GM

Auto de l'avenir (marque inconnue) 1965

Jouer aux cartes pendant qu'on «descend» en Floride? Ce beau fantasme continue d'alimenter la recherche des constructeurs automobiles. Il pourrait se réaliser plus vite qu'on ne le pense. «Ça, c'est la version science-fiction de quelque chose qui va arriver bientôt», croit Marc Lachapelle. On étudie en Europe le système des trains routiers, où la voiture est connectée à un véhicule qui ouvre le chemin. Mercedes-Benz offre déjà le Distronic Plus, version évoluée du régulateur de vitesse automatique, Nissan et Infiniti ont été des pionniers du système LDW (Lane Departure Warning) où la voiture vous avertit si vous déviez de votre trajectoire (et peut même la redresser), et il y en a plusieurs autres. La question: où tracer la ligne entre l'ordinateur et le conducteur?

Photo Agence France-Presse

Lean machine (GM) 1984

Le fantasme de la voiture à trois roues a pris toutes sortes de formes avec le temps. Mais aucune n'est passée plus près de fonctionner que la Lean Machine de GM, qui se voulait un croisement idéal entre la moto et l'auto.

Le plus grand défi, avec ce genre de modèles, était de pouvoir s'incliner dans les virages pour contrer les forces centrifuges.

Photo archives La Presse