Le Salon international de l'auto de Montréal accueillera la BladeGlider, de Nissan. Ce prototype électrique a l'air de la Leaf de Batman, mais c'est une étude de style et de technologie sérieuse, affirme le constructeur.

Mis à jour le 4 févr. 2015
Denis Arcand LA PRESSE

C'est l'une des propositions (la plus exotique, de loin) sorties des studios de design de Nissan, qui veut orienter l'avenir stylistique de ses voitures post-pétrole. Avoir cette voiture à Montréal au mois de janvier sera intéressant, mais on doute de pouvoir convaincre Nissan de la sortir pour jouer dans la neige.

La BladeGlider est un exercice d'équilibre et d'aérodynamique qui n'est pas fait pour nos latitudes. La batterie se trouve sous les sièges des passagers, et les deux moteurs-roues font que 70 % du poids porte sur les roues arrière. L'accélération serait excellente, mais tourner serait effrayant : les pneus avant sont très minces et l'essieu avant fait seulement 1 m, par souci d'aérodynamisme.

Même si la direction est assistée par les roues motrices, en arrière, il faudrait des lames de patin pour empêcher la BladeGlider de glisser dans le décor sur 2 cm de neige saupoudrés sur une route bien glacée.