On le sait, Jaguar a le sens du spectacle et l'a prouvé encore une fois la semaine dernière. Pour dévoiler sa nouvelle XF, le constructeur anglais a suspendu sa nouvelle création sur des câbles, une traversée de 240 mètres au-dessus des eaux du quartier des affaires de Londres.

Charles René LA PRESSE

Cette mise en scène sert à mettre en exergue un changement de garde chez Jaguar pour son offre intermédiaire. À l'instar de la berline compacte XE, cette deuxième génération de la XF aura une architecture composée à 75% d'aluminium. Ce matériau permet de retrancher 60 kg au poids de la version à deux roues motrices et 120 kg à celle dotée de la transmission intégrale. Dans la plus pure tradition des berlines sport, la XF aura aussi droit à un rapport de masses réparti de manière pratiquement égale entre l'avant et l'arrière.

Changement de cap également dans le design, maintenant plus ramassé et plus compact. La XF est d'ailleurs légèrement plus courte et plus basse que son prédecesseur. Jaguar a aussi allongé l'empattement, ce qui permet d'avoir une cabine plus spacieuse entre les deux essieux.

Deux moteurs pour le moment

Une Jaguar a beau utiliser au départ son design pour séduire, elle doit aussi avoir une âme.

Le constructeur a choisi deux V6 pour lui en insuffler, pigés dans la banque de moteurs existants, pour la première année de production de cette mouture 2016.

Selon les options choisies, l'acheteur pourra opter pour une version de 340 ch du V6 de 3 L suralimenté par compresseur.

Une autre variante, celle-là de 380 ch, sera aussi offerte. Les deux ne pourront être boulonnées qu'à une transmission automatique à huit rapports.

Plus de détails seront communiqués mercredi après son dévoilement au Salon de New York.