Le constructeur automobile américain Ford a annoncé mardi la fermeture cette année de sa plus ancienne usine au Brésil, qui emploie près de 3000 personnes, et indiqué qu'il ne fabriquerait plus de gros pickups en Amérique du Sud, dans le cadre d'un plan de restructuration mondial.

AGENCE FRANCE-PRESSE

« Nous savons que cette mesure aura un grand impact sur nos employés de Sao Bernardo do Campo », a déclaré dans un communiqué le président de Ford pour l'Amérique du Sud, Lyle Watters, à propos de cette usine ouverte en 1967 près de Sao Paulo.

Selon les chiffres du syndicat local des métallurgistes, 2800 personnes travaillent actuellement dans l'usine, qui occupe également des sous-traitants.

Dans son communiqué, Ford ne donne pas d'information sur l'avenir du personnel.

L'usine produit de grosses camionnettes F-4000 et F-350 et les automobiles du modèle Fiesta.

Pour maintenir son activité poids lourds en Amérique du Sud, Ford « aurait dû faire des investissements significatifs [...] sans perspective de profit », a précisé l'entreprise.

La compagnie américaine a indiqué que les mesures prises mardi coûteraient 460 millions de dollars. Au niveau mondial, la restructuration devrait se chiffrer à 11 milliards de dollars.

Le constructeur automobile avait fait état le mois dernier d'une perte nette de 112 millions de dollars au quatrième trimestre 2018, en raison des difficultés en Chine et en Europe, deux marchés où il perd de l'argent sur fond de recul des ventes de voitures.

La restructuration vise à économiser 25,5 milliards de dollars au total d'ici 2022, notamment via l'arrêt de la production des voitures compactes (berlines et citadines) en Amérique du Nord, des fermetures d'usines et des milliers de suppressions d'emplois en Europe.

Photo Ford do Brasil

Un F-350 brésilien muni d'une grande benne.