On la savait véloce cette C7 Stingray. Une simple lecture de sa fiche technique suffit pour découvrir l'énorme potentiel de l'icône américaine de septième génération. Son coeur de 455 chevaux, un V8 à injection directe codé LT1 de 6,2 litres, le souligne à gros traits. Pour nourrir l'engouement autour de sa mise en marché, General Motors a publié des données préliminaires sur les performances pures de la sportive.

Mis à jour le 4 juill. 2013
Charles René LA PRESSE

Selon les essais dirigés par le constructeur, le coupé abat le 0-96 km/h en aussi peu que 3,8 secondes, un chiffre qui la loge entre la Porsche 911 Carrera S et la 911 Turbo, deux rivales qui commandent un prix beaucoup plus élevé. Le ¼ de mile (402 mètres), autre baromètre traditionnel de l'accélération pure, est accompli en 12 secondes à 192 m/h au final.

Sa judicieuse répartition des masses conjuguée avec un calibrage du châssis concentré sur le dynamisme permet de dépasser le 1 g (1,03 g) en accélération latérale. Elle freine également fort avec un 96-0 km/h en 32,6 mètres.

Les essais étant réalisés dans un environnement contrôlé, il faut les consulter avec bémol. Ils permettent cependant de dresser un portrait un peu plus juste d'une Corvette qui ne semble pas avoir perdu son aplomb, outre mesure. 

La Corvette C7 sera disponible dès la fin de l'été sur le marché canadien.