Si vous êtes un baby-boomer et que vos parents étaient encore amoureux quand vous étiez petit et assis à l'arrière, peut-être avez-vous vu votre mère se déplacer doucement au milieu de la banquette avant, se coller sur votre père, puis déposer sa tête sur son épaule?

Denis Arcand LA PRESSE

C'était l'époque où presque toutes les berlines étaient des «six-places», avec une banquette avant. Pour les adolescents des années 70, la banquette avant était aussi l'alliée encourageante au ciné-parc ou lors des au-revoir gauches, timides et inoubliables qui s'étirent à la fin du premier rendez-vous.

Combien d'adultes aujourd'hui ont donné leur premier baiser sur une banquette avant?

General Motors vient d'annoncer la fin prochaine de cet accessoire suranné et romantique en annonçant qu'il cessera de l'offrir en option quand arrivera sur le marché la nouvelle Impala 2014, l'an prochain.

Dans un communiqué aussi mélancolique que peut l'être une multinationale à but 100% lucratif, GM explique qu'il ne s'en vend plus beaucoup (sur seulement 10% des Impala vendues depuis un an) et que, même si la banquette avant suscite une certaine nostalgie chez certains clients, l'Impala actuelle (9e génération) est la dernière berline six places, toutes marques confondues, en vente en Amérique du Nord.

Évidemment, GM nous annonce aussi que si on en veut une, c'est la dernière chance et que l'option coûte 250$. Vous avez huit ou neuf mois encore pour y penser.

Dès l'automne 2013, pour une banquette avant, il faudra acheter un pick-up ou un VUS.

Les romantiques ou les nostalgiques de la berline six places se souviendront que certaines choses se font moins bien dans des sièges-baquets séparés par une console.

Il restera toujours la banquette arrière. Mais ce n'est pas pareil.