Appelons ça l'effet Netflix : depuis quelques mois, plusieurs marques d'automobiles jonglent avec l'idée d'offrir à leurs clients la possibilité de « s'abonner » à leurs produits. Moyennant une somme mensuelle fixe, ils peuvent changer de véhicules plusieurs fois par année, sans se soucier des coûts d'entretien, de réparation, etc.

Alain McKenna LA PRESSE

Mais si Netflix s'avère populaire auprès du grand public, ça risque d'être tout le contraire pour l'automobile, où ces services coûtent une petite fortune, constate la firme américaine Edmunds.

L'exemple cité par ses analystes dit tout : à 3700 $ US par mois, Access by BMW, qui permet de conduire des véhicules parmi les plus huppés de la gamme allemande, comme le X6 M, revient au double du prix d'une simple location étalée sur trois ans de ce chic et puissant utilitaire sportif. Mercedes-Benz Collection est plus abordable, à 1095 $ US par mois, mais demeure lui aussi au-dessus du prix d'une location.

De leur côté, les constructeurs se défendent en indiquant qu'il ne s'agit pas de rivaliser sur le coût, mais sur l'expérience d'achat, qui cible une clientèle désirant faire des choses que le simple fait d'acheter un véhicule ne permet pas de faire.