Le prix du pétrole a baissé beaucoup depuis six ans et tout le monde et son frère et sa tante et son beau-frère ont acheté un gros VUS ou un pickup. Que va-t-il se passer maintenant ?

DENIS ARCAND LA PRESSE

Ben oui, le prix va monter !

C'est la prédiction parfaitement... prévisible que vient de faire la Banque Goldman Sachs, qui évoque une hausse possible de 14 % d'ici juin. Le prix à la pompe suivrait rapidement.

Le pétrole Brent se négocie autour de 65 ou 66 $ ces jours-ci mais pourrait atteindre 70 ou même 75 $ durant les mois qui s'en viennent, écrit un analyste de la banque dans une note à ses clients citée par l'agence Bloomberg. C'est parce que l'Arabie Saoudite ferme un peu le robinet --précisément pour faire monter le prix-- et aussi parce que la production du Venezuela pourrait ralentir en raison des troubles politiques dans ce pays, écrit l'analyste.

Vous pouvez garder votre gros pickup

Mais pas de panique. Si le prix du sans-plomb est la seule chose qui vous motive, pas besoin de vous précipiter chez Chevrolet pour acheter une des dernières hybrides Volt. Goldman Sachs dit que cette hausse devrait être de courte durée, et s'attend encore à ce que le prix du Brent baisse à autour de 60 $ à la fin de 2019.

Cela étant, le prix du pétrole est comme la Bourse et l'avenir en général, on ne peut pas le prévoir avec certitude. D'ailleurs, dans les heures suivant la note de Goldman Sachs, rendue publique ce matin, le prix du Brent avait percé le plancher des 65 $ et se négociait à 64,76, en baisse de 2,15 $ (-3.21%).

PHOTO FORD

Un Ford F-350.

Mais c'est le pétrole. N'oublions pas qu'il suffirait d'un coup de canon tiré par mégarde ou par nervosité dans le détroit d'Ormuz pour que tout le monde se crispe et que le prix du brut grimpe en flèche.

À ce sujet, le graphique ci-contre vous dit tout ce que vous avez besoin de savoir sur le prix du pétrole. Si le passé est garant de l'avenir, une chose est absolument certaine : ça peut monter ou ça peut descendre...