En 2013, le marché automobile des États-Unis était kif-kif : les Américains achetaient autant de voitures que de camions légers.  Aujourd'hui, cinq ans à peine plus tard, ils achètent deux fois plus de camions légers que de voitures.

LA PRESSE

Cette métamorphose n'est pas une surprise, mais elle s'est confirmée durant les cinq premiers mois de 2018, affirme une étude de marché diffusée par le cabinet d'experts-conseil LMC Automotive, citée par le magazine Automotive News, de Détroit.

Malgré la hausse récente du prix de l'essence, cette tendance vers les camions légers semble aller s'amplifiant et LMC  Automotive croit que leur part de marché pourrait atteindre 80 % dès 2025.

Automotive News rappelle que cette tendance s'explique en partie par le prix à la pompe relativement stable et par les avancées technologiques dans les groupes motopropulseurs, qui ont réduit l'écart de consommation entre les voitures et les camions légers, généralement plus gros et plus lourds.

Mais rappelons que dans l'industrie automobile nord-américaine, l'expression «camions légers» est un fourre-tout comprenant les VUS, les fourgonnettes et les pickups, donc des véhicules aussi différents en taille et en consommation qu'un Buick Encore à traction et un F-150 4X4 à cabine allongée.

La même tendance s'observe aussi au Canada --à l'exception du Québec-- mais avec un certain décalage. 

Le magazine de l'Association américaine des consommateurs, Consumer Reports, a récemment publié un article arguant que le pickup est en train de devenir le véhicule familial par excellence dans les foyers américains.