Quarante pourcent, c'est la part des profits des grands constructeurs automobiles qui est menacée par l'émergence des taxis électriques et autonomes.

Alain McKenna LA PRESSE

C'est qu'affirme un rapport publié la semaine dernière par le Boston Consulting Group. C'est un gros pourcentage et c'est une mauvaise nouvelle pour les équipementiers traditionnels. Mais c'est une bonne nouvelle pour les villes qui sauront intégrer ces technologies dans leurs réseaux de mobilité urbaine, puisqu'ils pourront en tirer un revenu supplémentaire, conclut le rapport.