Pour la première fois dans l'histoire de la natation, le plongeon de haute voltige, ou de falaise, amorcé à 27 m au-dessus de l'eau, fait son entrée lundi aux Championnats du monde, à Barcelone, pour un cocktail détonnant de sensations, frissons, vertige et spectacle.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le directeur exécutif de la Fédération internationale (Fina) annonce clairement la couleur: «Nous sommes dans un monde de sport business. Nous devons sans cesse améliorer notre produit. Nous nous sommes intéressés au plongeon de haut vol parce que c'est spectaculaire. Nous nous attendons à gros succès en termes de spectateurs et d'intérêt télé», a dit à l'AFP Cornel Marculescu.

La Fina s'est inspirée d'un circuit professionnel, mis en place en 2009 par la marque de boissons Red Bull, dans une pratique qui existe depuis une vingtaine d'années.

Ils ne sont qu'une trentaine dans le monde à évoluer sur ce circuit, comme le Britannique Gary Hunt, 29 ans, vainqueur la saison passée des World Series et en lice en Catalogne.

«Nous sommes peu à faire des plongeons différents et difficiles. On veut tous gagner le titre à Barcelone parce que c'est nouveau. C'est une bonne chose que la Fina nous reconnaisse enfin. Le plongeon est un sport olympique et on s'entraîne comme tous les autres en piscine», raconte Hunt à l'AFP.

Le plongeur londonien, qui vit près de Paris et s'entraîne dans le bassin de Montreuil, en banlieue parisienne, comme l'équipe de France de plongeon traditionnel, s'est tourné vers le plongeon de falaise alors qu'il était en quête de nouvelles sensations et que l'ennui l'avait envahi en bassin. Jusque-là, il s'élançait de 10 m, comme tous les pratiquants de haut vol.

«C'est un mélange d'adrénaline et de peur, explique le Français Cyril Oumedjkane. Je n'avais plus trop de sensations à 10 m. Plus on monte haut, plus on a l'impression de voler, c'est ce qu'on recherche, le fantasme de l'homme de voler. Et là on arrive à voler trois secondes. C'est un soulèvement au coeur. Sur les cinq derniers mètres, c'est vraiment très impressionnant la vitesse à laquelle on descend.»

14 messieurs et 5 filles au départ

Dans le port de Barcelone, ils seront 14 messieurs - tous invités - à s'élancer à 27 m du haut d'une structure métallique, soit l'équivalent d'un immeuble de huit étages. Cinq filles plongeront de 20 m.

Les athlètes disposent de quatre plongeons étalés sur deux jours avec l'obligation de réaliser un départ différent à chaque fois. L'exécution est notée par cinq juges depuis un ponton. Le départ est primordial pour réussir son entrée dans l'eau par les pieds, qui, si elle n'est pas droite, peut provoquer des KO, voire des accidents graves.

Sur les étapes des World Series, il y a régulièrement 100 000 personnes qui assistent à ce sport-spectacle.

La Fina entend profiter du phénomène et projette déjà d'organiser une coupe du monde, sur un seul rendez-vous, la saison prochaine.