Les sceptiques seront confondus, la circulation routière s'améliore dans l'agglomération montréalaise.

Mis à jour le 14 janv. 2013
Sébastien Templier LA PRESSE

C'est ce que prétend TomTom, fabricant de GPS, qui vient de publier son troisième index de congestion routière de 57 agglomérations en Amérique du Nord. Selon son dernier relevé effectué entre juillet et septembre 2012, Montréal est devenue la troisième agglomération la plus embouteillée du Canada derrière Vancouver et Toronto.

Ce n'est apparemment qu'une légère amélioration au classement pour la métropole québécoise qui figurait au deuxième rang national au relevé précédent effectué entre avril et juin 2012. Néanmoins, en y regardant de plus près, on constate que la circulation y est moins engorgée en moyenne ainsi qu'aux heures de pointe.

TomTom a analysé les agglomérations de plus de 950 000 habitants. La méthodologie utilisée pour établir cet indice des encombrements compare, pour un même trajet donné, les temps de trajet en dehors des périodes embouteillées (en circulation fluide) avec ceux aux heures de pointe. La différence est exprimée sous forme d'un pourcentage d'allongement du temps de trajet.

Résultat, le temps de déplacement moyen à Los Angeles et à Vancouver est 34 % plus long que lorsque le trafic est fluide, faisant de ces deux villes les plus congestionnées du continent. Il est 33 % plus long à San Francisco. Au classement, suivent dans l'ordre Honolulu (31 %), Seattle (27 %), Toronto (26 %), La Nouvelle-Orléans (25 %), San Jose (25 %), Montréal (24 %) et Chicago (24 %). Lors du précédent relevé, ce temps était à Montréal 28 % plus long.

Dans le détail, le temps de déplacement à l'heure de pointe du matin à Los Angeles - ville la plus congestionnée - est 51 % plus long que lorsque le trafic est fluide. À Montréal (9e du classement de ce créneau horaire), il est 39 % plus élevé. À l'heure de pointe de la fin de journée, il est 76 % plus élevé à Los Angeles et 69 % plus élevé à Montréal (7e du classement de ce créneau horaire). À titre de comparaison, lors du trimestre précédent, ce temps de déplacement à Montréal était 57 % plus long le matin et 76 % plus long en soirée.

En somme, le temps passé dans la circulation semble avoir diminué à Montréal l'an dernier. Les analystes de TomTom affirment cependant ne pas disposer d'explications spécifiques pour Montréal.

On peut estimer que cette tendance à la baisse pourrait se poursuivre étant donné l'ouverture récente du nouveau tronçon de l'autoroute 30 sur la Rive-Sud.

L'amélioration du rang de Montréal à l'échelle continentale ne peut être certifiée puisque 57 agglomérations ont été analysées cette fois, contre 26 lors du relevé précédent.