Les nouvelles normes américaines encadrant la consommation de carburant des véhicules donnent actuellement de sérieux maux de tête aux manufacturiers de camionnettes. L'année butoir 2016 arrive à grands pas et on envisage une cure d'amaigrissement généralisée afin de diminuer la soif de ces mastodontes. Mission impossible dans ce créneau qui mise sur la robustesse et la capacité remorquage?

Charles René MONVOLANT.CA

Les fabricants leaders de ce segment, dont Ford et General Motors, étudient la possibilité d'utiliser des alliages, de l'aluminium et du magnésium afin de faire diminuer le chiffre à la balance. Il est évident que l'utilisation de ces matériaux aura un impact à la hausse sur le prix à l'achat des camionnettes. La recette est loin d'être simple, car on ne peut empiéter sur le caractère robuste de ces véhicules, l'argument de vente principal, pour ne pas dire leur raison d'être.

Le poids moyen d'une camionnette aux États-Unis se situe présentement à 2300 kg, une hausse de 22% en dix ans. La multiplication de l'équipement fourni à la base par les manufacturiers et l'amélioration de la sécurité des camionnettes expliquent en partie cette prise de poids progressive.  GM estime, à cet effet, que d'ici 2020 le manufacturier sera contraint à diminuer d'environ 454 kg le poids de ses camions pour être conforme aux normes.

Une diminution significative de la consommation

Dès 2016, la consommation moyenne de l'offre de chacun des fabricants en sol américain devra atteindre les 6,6 litres/100 km. Compte tenu du fait que la catégorie des camions légers a composé 50% des ventes de véhicules aux États-Unis durant les 11 premiers mois de 2010, son effet sur la moyenne est non négligeable.

Les constructeurs devront donc proposer des camions buvant 7,8 litres/100 km d'ici cinq ans, une diminution de 1,6 litre/100 km. Une tâche colossale qui n'inclut pas la possibilité d'un plafond moyen de 3,8/100 km pour tous les véhicules étasuniens d'ici 2025. 

Avec Reuters