Pour célébrer son centenaire, la marque italienne historique Alfa-Romeo, détenue par le groupe Fiat, organise à Milan (nord), où elle est née, plusieurs initiatives et un grand rassemblement de ses fans ce week-end, a annoncé le constructeur mercredi dans un communiqué.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Tours de piste sur l'autodrome de Monza, près de Milan, visites au Musée historique d'Alfa-Romeo, exposition de vieux modèles en plusieurs endroits de la capitale économique du pays, grande parade dans les rues avec des milliers d'amateurs de la marque sont quelques-unes des festivités au programme de ce centenaire, qui débute aujorud'hui jeudi.

 

L'entreprise ALFA (Anonima Lombarda Fabbrica Automobili), née des cendres du groupe français Darracq, l'un des plus grands constructeurs au début du siècle dernier, a été fondée dans un quartier industriel de Milan il y a tout juste un siècle, le 24 juin 1910.

 

En dépit du succès de son premier modèle Alfa 24 HP qui se distingue par son caractère sportif et anticipe les premières voitures de compétition, l'entreprise touchée par la guerre et ses faibles ressources menace de fermer.

 

Elle doit son sauvetage à l'ingénieur napolitain Nicola Romeo qui la rachète en 1915 et la rebaptise Alfa-Romeo.

 

Technologie et sport sont les clés de son succès. Mais la crise de 1929 compromet son expansion et en 1933, Alfa-Romeo passe sous contrôle de l'État.

 

Elle reprend son envol dans l'après-guerre grâce à deux célèbres modèles: l'Alfa Romeo 1900 et la Giulietta. Parallèlement se poursuit son épopée sportive. Elle remporte notamment en 1950 et 1951 les deux premiers titres de l'histoire de la Formule 1.

 

Ce symbole de l'excellence italienne, du boom industriel et de la Dolce Vita, séduit aussi les Américains et parade dans les films de Hollywood.

 

Dans les années 1960, l'entreprise inaugure deux nouveaux sites industriels, à Arese, aux portes de Milan, et à Pomigliano D'Arco, près de Naples.

 

Cependant, la concurrence se fait sentir. En difficulté face aux constructeurs allemands et japonais, Alfa-Romeo est finalement acheté en 1986 par le groupe Fiat qui en fait sa division de luxe, la relance arrivant en 1997 grâce à l'incroyable succès de la berline 156.