Qu'est-ce qui est pire? Aller chez le dentiste ou chez le concessionnaire automobile?

Denis Arcand LA PRESSE

Les pauvres dentistes ont l'habitude de toujours être les grands perdants dans ce genre de comparaison, mais cette fois, non! La majorité des jeunes de 18 à 29 ans en Amérique du Nord ont affirmé dans un sondage commandé par Microsoft qu'ils préfèrent un rendez-vous chez le dentiste à une conversation avec un vendeur d'autos, chez le concessionnaire.

 

Comme Microsoft fait de plus en plus affaire avec les constructeurs automobiles, il a fait faire un sondage auprès de la génération des 18 à 29 ans pour comprendre comment ils abordent l'achat d'une voiture: 56% de ces jeunes hommes et femmes ont indiqué qu'ils préféreraient aller chez le dentiste que de parler avec un vendeur d'autos chez le concessionnaire.

 

En fait, le malaise face aux concessionnaires est amusant, mais Microsoft, on s'en doute, s'intéressait à autre chose. Le géant informatique de Seattle soupçonnait (et le sondage lui donne raison) que cette génération née avec la souris d'ordi dans la main privilégie la technologie dans la recherche d'informations sur l'automobile (comme sur le reste, d'ailleurs).

 

Génération internet

 

Questionnés par l'équipe qui a réalisé le sondage, les 18 à 29 ans ont donné diverses raisons pour ne pas aimer la relation vendeur d'autos-client, explique la revue spécialisée Auto Remarketing, dont les abonnés sont des vendeurs et concessionnaires d'autos d'occasion. La raison qu'évoquent les jeunes le plus souvent est qu'ils sont mal à l'aise face à un vendeur pour les guider dans le bon choix d'une auto et pour répondre objectivement à leurs questions. Si on est vendeur d'autos, cette affirmation n'est pas très agréable mais, objectivement, c'est une information importante sur l'état d'esprit d'une génération d'acheteurs.

 

La deuxième raison du malaise des jeunes s'imbrique logiquement dans la première, mais est typique d'une génération élevée devant l'ordi: ils s'inquiètent de ne pas pouvoir voir les informations qui apparaissent sur l'écran du vendeur quand ce dernier leur parle. Et ils sont mal à l'aise de ne pas être inclus dans les discussions à leur sujet entre le directeur des ventes et le vendeur.

 

La revue Auto Remarketing a eu accès au sondage et en a tiré des conseils pour les concessionnaires, qui pourraient changer la façon de vendre et acheter une voiture dans la salle d'exposition des concessionnaires automobiles et dans le bureau de chaque vendeur.

 

«Le sondage montre que cette génération cherche à établir «une vraie relation avec le concessionnaire» et la majorité de ces 18 à 29 ans (84%, en fait) croit que cela peut se produire si l'internet est facilement accessible de A à Z durant le processus de vente», écrit le magazine.

 

Pourquoi? Les jeunes veulent pouvoir consulter les recherches faites auparavant sur le web et aussi pouvoir consulter famille et amis à tout moment durant le processus d'achat. Une minorité veulent même pouvoir faire participer leurs proches aux discussions en temps réel, par le truchement de vidéoconférences.

 

Concessionnaire auto 2.0

 

Les auteurs du sondage, de la firme Wakefield Research, pensent que les concessionnaires auraient tout intérêt à fournir aux jeunes acheteurs l'accès WiFi et un support internet qui les guiderait d'une étape du magasinage à la suivante.

Selon le sondage, «si un concessionnaire offrait un tel encadrement en ligne, 75% des répondants seraient prêts à faire une plus grande distance pour se rendre magasiner une auto». «Pour la génération des 18 à 29 ans, le processus actuel de vente est frustrant, particulièrement son opacité et le manque d'information une fois franchi le seuil du concessionnaire», écrivent les auteurs du sondage.

 

Le sondage commandé par Microsoft a aussi établi que les jeunes veulent que leur voiture ait les caractéristiques d'un téléphone cellulaire moderne comme un iPhone, un BlackBerry, un Palm ou un Android. Il y a un fait intéressant pour les concessionnaires dans ces réponses: les répondants ont indiqué qu'ils sont prêts à revenir régulièrement chez le concessionnaire pour faire installer les versions plus modernes des logiciels embarqués, si c'est gratuit.

 

Pour les concessionnaires, qui cherchent toujours des façons de faire faire chez eux l'entretien après-vente, il y a là une façon efficace de ramener périodiquement la jeune clientèle dans leurs ateliers.

 

Source : Magazine Auto Remarketing