On le sait, le président et chef de la direction de l'Alliance Renault-Nissan, Carlos Ghosn aime les marges bénéficiaires dodues.

Éric LeFrançois, Collaboration Spéciale LA PRESSE

Or, les automobiles qui dégagent le plus de marges sont celles inscrites dans le segment haut de gamme. Et Carlos Ghosn dispose avec l'étude Essence présentée au dernier salon de Genève sous forme de coupé, d'une automobile susceptible, d'une part, de faire tinter le tiroir-caisse de l'entreprise et, d'autre part, de renouer avec un segment abandonné depuis le retrait de la Q45.

 

Un scénario récemment évoqué au Japon lorsque que la haute direction du constructeur nippon a présenté à quelques-uns de ses concessionnaires une version 4-portes de l'Essence. Avec l'assentiment des concessionnaires et une embellie de la crise financière mondiale, la filiale de luxe de Nissan estime être en mesure de la produire en série d'ici trois ou quatre ans.

Cette rencontre a également donné l'occasion aux concessionnaires de la marque de voir la future M dont la commercialisation débutera en 2010. Selon certaines informations recueillies auprès de concessionnaires, la carrosserie de la future M habillera un habitacle beaucoup plus vaste (une lacune du modèle actuel) et sera animé par un moteur V6 3,7 litres à injection directe d'essence (340-350 chevaux).

 

Une version suralimentée de ce moteur - identique à celui présenté à bord de l'étude Essence - est en cours de développement, mais rien n'indique qu'il sera boulonné dans l'antichambre de cette voiture. En revanche, un moteur V8 5 litres sera proposé sur la version la plus puissante (M45) et pourrait délivrer plus de 400 chevaux.