Même la Mini vient d'entrer en collision avec la récession. BMW va mettre à pied 850 travailleurs de l'usine de Cowley, en Angleterre, où est assemblée la version moderne et extrêmement populaire de l'iconique petite voiture anglaise.

Mis à jour le 16 févr. 2009
LA PRESSE

Jusqu'à présent, la Mini avait résisté au ralentissement économique mondial et l'usine de Cowley (95 km au nord-est de Londres) était probablement la dernière en Angleterre, à tourner à plein régime. Ses rivales britanniques ont toutes réduits les effectifs et la production pour s'ajuster aux ventes en baisse: Jaguar et Land Rover ont mis à pied près de 2000 travailleurs, Nissan, 1200, tandis que Aston Martin a amputé du tiers son effectif.

Les coupes à Cowley feront passer l'effectif de 4500 à 3650 employés.

Les ventes mondiales de la Mini avaient augmenté légèrement en 2008, quand BMW en a vendu 50 000 aux États-Unis, son principal marché, et 40 000 en Angleterre. Mais les ventes de la Mini ont subi une méga-chute de 34,5% en janvier, une baisse plus marquée que la baisse moyenne de 31% dans le reste de l'industrie automobile.

C'est l'allemand BMW qui a ressuscité la Mini en 2001, un symbole des années 60 d'abord fabriqué par British Motor Corporation à partir de 1959, puis repris par divers successeurs.