«Je pense que des constructeurs chinois, indiens ou russes rachèteront des groupes automobiles établis, ou qu'ils fusionneront avec eux, ou qu'ils conclueront des coopérations», affirme M. Goshn au quotidien.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Je pense que des constructeurs chinois, indiens ou russes rachèteront des groupes automobiles établis, ou qu'ils fusionneront avec eux, ou qu'ils conclueront des coopérations», affirme M. Goshn au quotidien.

«C'est naturel», estime-t-il. Pour le patron des groupes automobiles français et japonais, «la Chine va devenir l'un des marchés les plus importants au monde et il est très probable qu'au moins un constructeur chinois va apparaître sur le marché mondial».

Concernant l'Inde, il juge également qu'«il n'y a aucune raison pour qu'il n'y ait pas un groupe automobile indien qui puisse jouer un rôle au niveau mondial».

Selon lui, l'Europe, les États-Unis et le Japon, d'où sont issus actuellement les plus grandes entreprises automobiles, devraient aussi connaître des changements dans les années à venir.

«Il est certain qu'il y aura aussi une consolidation plus importante sur les marchés matures d'Europe de l'Ouest, des USA et du Japon», prévoit-il.