Comparativement à la motorisation hybride dont le vieillissement de la batterie laisse croire que la consommation de carburant augmentera avec le temps, l'usure des pièces d'un moteur diesel aura l'effet contraire, la consommation diminuant au fils des ans.

Jean-François Guay COLLABORATION SPéCIALE

Comparativement à la motorisation hybride dont le vieillissement de la batterie laisse croire que la consommation de carburant augmentera avec le temps, l'usure des pièces d'un moteur diesel aura l'effet contraire, la consommation diminuant au fils des ans.

Par ailleurs, sur un deuxième parcours où les arrêts étaient moins fréquents et la température du bitume était moins élevée (en soirée, après les heures de pointe), le ML 320 CDI a vu sa consommation diminuer de 30% pour se stabiliser à 14,2 L/100 km.

Somme toute, la dernière génération des moteurs diesels de Mercedes-Benz a encore des croûtes à manger avant de pouvoir rivaliser avec la motorisation hybride de Lexus dans la circulation dense des grandes villes nord-américaines. Toutefois, le ML320 CDI a démontré qu'il pouvait tenir tête au RX400h sur les autoroutes et les routes secondaires, entre Montréal et Tadoussac, où la circulation était fluide.

Bref, le meilleur des compromis, si nos hivers rigoureux le permettent, serait assurément de combiner un moteur électrique à un moteur diesel. Le groupe PSA en Europe travaille actuellement à mettre au point un moteur hybride-diesel qui pourrait être commercialisé d'ici 2010. Des prototypes HDi de la Peugeot 307 et de la Citroën C4 ont déjà été présentés dans plusieurs salons européens.

Plus près de nous, Opel présentera au prochain Salon de Francfort le concept Corsa CDTI. Toutefois, la batterie lithium-ion utilisée laisse croire que le projet serait trop coûteux. En effet, ce type de pile est beaucoup plus cher à produire et à recycler que les batteries fonctionnant au nickel métal-hydrure des hybrides actuels.

Nous avons décidé de remettre les compteurs à zéro et de parcourir le centre-ville de Montréal - aux heures de pointe -, pour savoir si un moteur diesel pouvait suivre le régime au pain sec et à l'eau imposé par une motorisation hybride.

Après avoir mis plus de six heures à parcourir, pare-chocs à pare-chocs, environ 58 kilomètres dans l'enfer des rues de la métropole, le moteur diesel du Mercedes-Benz a dû s'avouer vaincu face à la technologie hybride du redoutable RX400h. Cette dernière, avouons-le, a causé toute une surprise en consommant 65% moins de carburant.

Ainsi, le Lexus a maintenu une consommation moyenne de 7,1 L/100 km alors que le ML320 CDI avalait 19,9 L/100 km sur le quadrilatère composé des rues Rachel (au nord), de la Commune (au sud), Saint-Mathieu (à l'ouest) et Saint-Hubert (à l'est). Comme en taxi, notre parcours était ponctué de nombreux arrêts et pertes de temps à cause des feux de circulation, du trafic routier et piétonnier, et des trop nombreux camions de livraison stationnés en double file.

À sa défense, il faut souligner que la mécanique diesel du ML320 CDI n'était peut-être pas encore mûre. En effet, l'odomètre affichait à peine 1300 kilomètres. Ce qui laisse supposer que les composantes du moteur n'étaient probablement pas assez rodées.