«Nos techniciens nous ont informé que le système fonctionnait normalement», a déclaré un des responsables de la circulation routière, Birger Höök, à la télévision suédoise.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nos techniciens nous ont informé que le système fonctionnait normalement», a déclaré un des responsables de la circulation routière, Birger Höök, à la télévision suédoise.

L'objectif est de diminuer la circulation routière dans et aux abords de la ville de 10 à 15% en un an, a-t-il précisé.

Stockholm rejoint ainsi des villes comme Londres, Rome ou encore Singapour qui entendent diminuer la pollution liée à la circulation automobile.

En ce début d'août de nombreux Suédois prennent leurs vacances et Stockholm et ses environs sont quasiment désertés.

Les automobilistes doivent désormais débourser entre 10 et 20 couronnes (entre 1 et 2 euros) à chaque entrée ou sortie de la ville, selon l'heure de la journée, et ce, du lundi au vendredi de 06h30 à 18h29.

La taxe, qui servira à financer des projets d'infrastructures routières, n'excédera toutefois pas 60 couronnes par véhicule et par jour.

Tous les automobilistes de voitures particulières doivent payer cette taxe, à l'exception des chauffeurs de bus et de voitures immatriculées à l'étranger. Les propriétaires de véhicules électriques et hybrides en seront quant à eux exemptés jusqu'en 2012.

Un système de caméras identifie les voitures et les automobilistes n'ont donc pas à s'arrêter au péage. Les paiements s'effectuent, soit par prélèvement automatique sur les comptes bancaires ou à la caisse de certains magasins.

Cette taxe dite d'embouteillage avait été expérimentée avec succès pendant six mois en 2006 avec une réduction du trafic de 22% en moyenne.

Le projet avait été approuvé par les Stockholmois lors d'un référendum (53% de oui) organisé en septembre 2006 avant l'accord du Parlement le 20 juin dernier.