Mode intelligent

Éric Lefrançois COLLABORATION SPéCIALE

Mode intelligent

En optant pour le mode Intelligent -le seul à offrir la possibilité de réduire de 10% votre consommation habituelle-, l'ordinateur met instantanément la bride sur quelque 50 chevaux-vapeur et le couple qui vient avec. Conséquence: les accélérations et les reprises s'en ressentent, mais l'aiguille de la jauge à essence met un peu plus de temps à pointer vers le bas. En prime, on retrouve un témoin lumineux (boîte manuelle seulement) chargé de vous rappeler le moment favorable pour changer de rapport. Bref, le constructeur japonais ne ménage aucun effort pour réduire la consommation et par le fait même les émissions polluantes de certains de ses véhicules. La question est maintenant de savoir si, dans le cadre d'un usage quotidien, vous songerez à déplacer la molette. Pas si sûr. Chose certaine, si vous ne constatez aucune économie à utiliser une Subaru équipée du dispositif Si-Drive, dites-vous bien que ce sera de votre faute...

Cela dit, ce dispositif Si-Drive ne se retrouve que sur les modèles suralimentés par turbocompresseur de la gamme du constructeur japonais, dont cette GT qui, au risque de nous attirer les foudres de Subaru (et de ses concessionnaires), n'a guère à envier à la SPEC B réputée plus sportive. Et plus chère aussi. En effet, les différences de comportement entre une Spec. B et une GT sont assez subtiles, merci!

Un peu creux à bas régime, le quatre-cylindres suralimenté de la Legacy n'est pas tellement expressif et manifeste une certaine résistance à monter dans les tours. Son rendement est cependant sans histoire et il ne vibre pas (disposition horizontale des cylindres, voilà pourquoi!). Dans la livrée essayée, ce moteur s'accouple à une boîte automatique à cinq rapports (un de plus que celle qui équipe les versions atmosphériques) fort bien adaptée à cette mécanique. Les palettes qui permettent de sélectionner manuellement les rapports au volant sont, elles, moins réussies car fixées sur la colonne et non sur le volant. Conséquence: dans les courbes serrées, il nous est impossible d'atteindre les palettes.

Au lieu de ces fausses intégrales qui sont pour l'essentiel des tractions avec un enclenchement partiel de l'essieu arrière, cette Legacy fait en permanence profiter de cette technologie et de la sécurité qui y est attachée. Différentiel central et viscocoupleur se chargent de gérer la répartition, mais rétablissent dès que possible le juste équilibre du couple. Le résultat est là, avec une tenue de route sûre et un confort remarquablement préservé malgré des pneumatiques à taille basse. Mais elle transmet peu d'émotions à son pilote et c'est bien dommage. Est-ce possible de trouver réconfort à l'idée qu'en ville, son diamètre de braquage très court la rend agréable à garer? C'est toujours cela de pris.

Donc, face à l'élite de sa catégorie, cette GT de Subaru oppose une transmission intégrale, un rapport qualité-prix honnête et une présentation soignée. Reste à soigner la notoriété du constructeur et offrir à cette Legacy une personnalité plus affirmée.

courriel Pour joindre notre chroniqueur: eric.lefrancoislapresse.ca

D'ailleurs, il y a longtemps que la compagnie à la constellation d'étoiles n'a plus de véhicules de moins de 20 000$ à son catalogue. En revanche, la gamme ne compte aucun véhicule de luxe ou de prestige à moins de considérer le Tribeca -vendu plus de 50 000$ dans sa livrée la plus extrême- comme étant son modèle phare.

La Legacy, partiellement retouchée pour 2008, témoigne de cette volonté de viser plus haut. Plus coûteuse à acquérir que ses concurrents japonais, la Legacy cherche à s'attaquer aux Volvo S40/v50, Saab 9-3 et Volkswagen Passat de ce monde. Sur papier, la Legacy a depuis sa refonte grandement bonifié ses qualités dynamiques et ajouté un peu de variété à ses modèles comme en fait foi l'apparition il y a quelques mois de la SPEC B, une version analysée il y a peu de temps dans ces pages dans le cadre de notre chronique estivale Version Sport. Reste qu'il lui manque tout de même quelques arguments (garantie, service et notoriété) pour nous convaincre qu'elle a sa place dans cette catégorie.

Pour la famille

Cela dit, pour apporter un éclairage différent à cette famille d'intermédiaires, nous avons volontairement jeté notre dévolu sur la version GT enveloppée d'une carrosserie familiale (40% des ventes). Une combinaison qui sera désormais unique au marché canadien, le distributeur américain l'ayant retirée de sa formation partante pour 2008.

Plus spacieuse à l'avant qu'à l'arrière où le dégagement pour les passagers nous apparaît compté, cette familiale se rattrape sous le hayon en proposant un volume utilitaire appréciable où la banquette se replie pour moduler l'espace de chargement. Plusieurs bacs de rangement, porte-gobelets et autres vide-poches facilitent la vie au jour le jour. Enfin, on pourra opter pour un immense toit ouvrant électrique qui profite à tous les occupants et dont la partie avant, rétractable, fait office de déflecteur. Bonne idée!

La présentation intérieure de cette Legacy est belle à voir. Minutieusement assemblée aussi. Les commandes sont douces et bien situées. Le tableau de bord regroupe une instrumentation complète et facile à consulter. On regrette tout juste l'absence d'une jauge suralimentation sacrifiée (?) au profit d'un économètre bien inutile. Les baquets avant, généreusement galbés ici, sont faciles à ajuster (celui du conducteur est à commande électrique), confortables. Hélas, au chapitre des accessoires, la Legacy GT manque une belle occasion de justifier son prix et son étiquette. Les glaces sont dépourvues d'un mécanisme de levée-descente automatique et les options (peu nombreuses) comportent bien des lacunes (des phares au Xénon par exemple) pour un véhicule qui cherche à frayer avec le beau monde.

Traction intégrale

Il y a des lunes que Subaru est parvenu à convaincre sportifs et montagnards des vertus des quatre roues motrices. Le constructeur a toutefois eu moins de succès à nous persuader de la sobriété à la pompe de ses créations qui, par la faute de leur rouage intégral, font moins bonne figure que la concurrence au palmarès des économies de carburant.

Soucieuse de chasser cette perception (pourtant bien réelle) de nos esprits, le constructeur japonais a récemment innové en intégrant à bord de certains de ses véhicules, le dispositif Si-Drive (Subaru Intelligent-Drive). Une nouvelle astuce qui fait appel à la bonne fée électronique, bien sûr, mais aussi -surtout- à votre bonne volonté. Explications: le Si-Drive permet à son utilisateur de modifier certains paramètres de l'ordinateur de bord du véhicule ainsi que l'angle d'ouverture du papillon des gaz selon qu'on souhaite économiser ou non du carburant. Aucun outil nécessaire, il suffit simplement de sélectionner l'un des trois modes de fonctionnement proposés (Intelligent, Sport et Sport Sharp) par l'intermédiaire d'une molette logée sur la console centrale. Un rappel apparaît au tableau de bord pour vous éviter de quitter la route des yeux, car vous pouvez modifier les paramètres sans avoir à immobiliser le véhicule. Ah! la technologie!