Comme la plupart des automobilistes québécois, vous avez certainement écouté tous les bons conseils vous disant d'équiper votre véhicule de pneus d'hiver adéquats. Mais l'hiver se fait attendre. Sommes-nous en train d'user nos pneus d'hiver prématurément?

Éric Descarries COLLABORATION SPéCIALE

Comme la plupart des automobilistes québécois, vous avez certainement écouté tous les bons conseils vous disant d'équiper votre véhicule de pneus d'hiver adéquats. Mais l'hiver se fait attendre. Sommes-nous en train d'user nos pneus d'hiver prématurément?

Nous avons demandé l'avis de trois experts. Yves Giguère est formateur chez Goodyear Canada. Sa réponse est catégorique, il ne fait pas assez chaud assez longtemps pour user prématurément les pneus d'hiver. «Le mercure peut monter pendant quelques heures à 5 degrés Celsius, ce n'est pas 20 degrés pendant plusieurs jours, explique-t-il. Évidemment, les pneus pour la glace ont des gommes plus molles et ils créent plus de friction au sol. C'est certain que ce type de pneu va s'user un peu plus vite. Mais ce n'est pas catastrophique. Il faut voir un pneu d'hiver comme une assurance, explique M. Giguère. Il s'agit de l'avoir quand la glace se présente.»

Même son de cloche de la part de Yves Day, formateur chez Pneus Remington pour tout le Canada. «Non, le pneu d'hiver ne s'usera pas plus vite. Il faudrait vraiment des températures de 15 à 20 degrés à long terme. Peut-être que des pneus toutes saisons feraient l'affaire en ce moment, mais pas sur l'asphalte froide. De plus, ajoute-t-il, les voitures modernes sont plus performantes, elles accélèrent, roulent et freinent plus vivement que dans le passé. C'est donc normal que les pneus s'usent un peu plus vite, peu importe leur configuration.»

Normand Latremouille, responsable du marketing des pneus d'hiver pour Michelin en Amérique du Nord abonde dans le même sens. «On aura quand même un hiver! On sait qu'un pneu toutes saisons perd de son élasticité à 7 degrés Celsius. Alors si l'on annonce 5 degrés Celsius, il faut aussi tenir compte du facteur éolien et de l'eau, ce qui refroidit encore plus la route. Il ne faut pas se leurrer, même si le mercure grimpe à des 15 ou 16 degrés durant quelques heures le jour, il retombe rapidement le soir venu. Et un pneu d'hiver, ça ne s'use pas en quelques heures.»

La seule conséquence à long terme de ce réchauffement, c'est qu'à l'avenir, plusieurs consommateurs penseront repousser la monte de leurs pneus d'hiver à l'automne et qu'ils risquent de se faire prendre par un tempête de neige ou de verglas. Et les experts continuent de conseiller de surveiller la pression des pneus qui varie fortement en hiver. Et plus d'un conseillera d'utiliser de l'azote au lieu de l'air vu que ce gaz réagit moins aux variations de température.