Stellantis, le nouveau Fiat Chrysler Automobiles (FCA), a récemment exposé les grandes lignes de son imposante stratégie d’électrification de 30 milliards d’euros dans le cadre de l’évènement EV Day. Le géant européen-américain, né en janvier de la fusion du groupe PSA et de FCA, veut ainsi marquer une nette séparation avec l’ère Sergio Marchionne, l’ex-président de FCA mort en 2018 qui était peu porté sur la chose électrique.

Charles René
Charles René La Presse

Pour ce faire, la stratégie se décline sur trois nouvelles plateformes électriques modulaires monocoques : STLA Small (jusqu’à 500 km d’autonomie), STLA Medium (jusqu’à 700 km d’autonomie), STLA Large (jusqu’à 800 km d’autonomie). La quatrième plateforme électrique, STLA Frame, sera destinée aux camionnettes et aux VUS, avec une configuration en échelle avec une promesse d’autonomie maximale de 800 km.

Le noyau central de ce virage demeure la batterie. Stellantis précise que d’ici 2024, il introduira deux nouveaux types de batteries : l’une « à haute densité d’énergie », l’autre « sans nickel ni cobalt ». D’ici 2026, on estime pouvoir assurer la mise en production d’une batterie à électrolyte solide, une technologie prometteuse qui est entre autres aussi en développement chez Hydro-Québec de concert avec Mercedes-Benz.

Les marques américaines prêtes au changement de philosophie

Lorsqu’on évoque Dodge, Jeep et Ram, il y a fort à parier que ce sont plutôt la sonorité rageuse de V8 qui vous vient en tête. Stellantis veut maintenant changer cette perception en intégrant l’électrique au centre de leur portfolio.

PHOTO REBECCA COOK, ARCHIVES REUTERS

Stellantis est le nouveau Fiat Chrysler Automobiles.

Dodge, la marque de muscle cars du groupe bien ancrée dans le passé, prévoit saisir la balle au bond et employer l’électrification comme levier pour augmenter la performance de ses modèles. Tim Kuniskis, grand patron du constructeur, a annoncé le lancement d’un muscle car entièrement électrique en 2024, sans avancer de détails sur sa forme. Cela dit, la vidéo suggère qu’il pourrait compter sur un rouage intégral.

CAPTURE D’ÉCRAN

Avant-goût du prochain muscle car électrique de Dodge

Dans la guerre que se livrent les trois grands constructeurs américains, Ram n’a pas été très loquace sur ses intentions en matière d’électrification. S’appuyant sur l’annonce de la plateforme électrique, la marque veut maintenant pénétrer ce nouveau marché avec une nouvelle camionnette pleine grandeur dès 2024. C’est tout de même deux ans après le Ford F-150 Lightning, mais une année avant l’arrivée prévue du Chevrolet Silverado électrique. Le premier avant-goût visuel indique une approche plus axée sur l’aérodynamisme, sans doute dans le but d’obtenir une meilleure autonomie.

Finalement, Jeep a aussi levé en partie le voile sur son avenir électrique en présentant un Wrangler sans moteur à essence et en affirmant vouloir implanter des bornes de recharge solaires près des sentiers où l’on peut pratiquer le hors-route. La gamme Jeep offrira une option électrique dans tous ses segments d’ici 2025.

Bien des annonces, donc, mais surtout un vent frais qui fera sans doute grand bien aux anciennes marques de FCA.