(Tokyo) Le Japon veut interdire la vente de véhicules neufs à essence ou diesel dans une quinzaine d’années dans le cadre de ses efforts pour atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, ont rapporté jeudi des médias locaux.

Agence France-Presse

Le gouvernement nippon et des fabricants de véhicules seraient en discussion sur ce projet qui devrait prendre effet au milieu des années 2030 et pourrait être annoncé dès la semaine prochaine, selon le quotidien Mainichi qui n’a pas cité de sources.

Le premier ministre Yoshihide Suga s’est engagé en octobre à ce que le Japon atteigne la neutralité carbone d’ici 2050, poussant les grands groupes à préparer des stratégies pour limiter leurs émissions de CO2.

L’annonce japonaise a été bien accueillie par les défenseurs de l’environnement et les Nations unies, mais le Japon, qui dépend encore lourdement des énergies fossiles, n’a pas détaillé la manière dont il comptait atteindre son objectif.

Le pays souhaite actuellement accroître la part de véhicules à faibles émissions – aussi bien hybrides qu’électriques – à 50 à 70 % d’ici 2030, contre 40 % en 2019.

La Californie a annoncé en septembre que plus aucune voiture neuve vendue sur son sol ne pourrait être équipée d’un moteur diesel ou à essence.

Le Royaume-Uni a fixé un objectif encore plus ambitieux d’interdire les ventes de nouveaux véhicules essence et diesel d’ici 2030.