(Rome) Le marché automobile italien, frappé de plein fouet par la crise du coronavirus, a enregistré en mars une chute de 85,42 % sur un an du nombre d’immatriculations de voitures neuves, a annoncé mercredi le ministère des Transports.

Agence France-Presse

Le marché des voitures d’occasion a, lui aussi, enregistré une chute brutale de 62,33 % sur un an, précise le ministère.

Avec 28 326 voitures neuves immatriculées en mars, l’Italie se retrouve « à un niveau semblable à celui du début des années 60 du siècle dernier, quand la motorisation de masse de notre pays en était à ses débuts », écrit le Centre d’études Promotor, spécialisé sur le marché de l’automobile.

« La chute dramatique des ventes de voitures en mars est entièrement due à la crise du coronavirus. Les prévisions pour les prochains mois évoquent des baisses similaires, voire supérieures, jusqu’à la fin de la crise », ajoute Promotor.

Le marché automobile italien est en berne depuis deux ans : les immatriculations avaient reculé de 3,11 % en 2018, avant de progresser de seulement 0,29 % en 2019. Mais l’épidémie de coronavirus, qui pourrait entraîner un recul du PIB italien de 6 % cette année selon une première estimation de la Confindustria (patronat), pourrait lui porter un véritable coup de massue.

Le secteur automobile, qui compte notamment Fiat Chrysler (FCA) ainsi que les marques de luxe Ferrari, Lamborghini ou Alfa Romeo ainsi que de nombreux équipementiers, représente 5,6 % du PIB italien et emploie 250 000 personnes, selon un rapport du centre d’études de la Fondazione Ergo publié en 2019.