Las Vegas, Nevada — Le plus vieux modèle de la gamme Spyder était aussi le plus luxueux et le plus confortable. Pour 2020, quelque 10 ans après le dévoilement de l’original, un tout nouveau Spyder RT promet plus de tout.

Bertrand Gahel 
Collaboration spéciale

Le petit monde du luxe la tête au vent

Presque n’importe quelle voiture a la capacité de rouler longtemps dans un confort raisonnable, mais les motos sont une tout autre histoire, puisque les longues distances peuvent devenir une véritable torture à leurs commandes. En fait, seule une toute petite poignée de 2-roues est réellement confortable en voyage. Depuis son lancement, le Spyder RT a été présenté par Can-Am comme l’équivalent à trois roues de ces motos, une mission que le modèle a finalement bien remplie. Une dizaine d’années plus tard, le nouveau RT poursuit exactement dans la même direction, mais en proposant une foule d’améliorations demandées par les propriétaires.

Nouveau look, même mécanique

La première impression renvoyée par la nouvelle génération du Spyder RT est qu’il s’agit d’un véhicule étonnamment imposant. Immédiatement, les lignes allongées et horizontales favorisées par le design semblent l’étirer de 20 %. Le style complètement différent de la nouveauté abandonne les airs de Buick de l’original et adopte des traits chics et modernes qui rappellent décidément plus Audi. Les sièges sont allongés pour donner plus d’espace aux couples, mais l’avant est aussi abaissé afin de favoriser la stabilité et améliorer la visibilité du passager. Quant au volume de rangement, il grimpe à 177 litres, soit une vingtaine de plus, et ce, notamment grâce à la nouvelle valise arrière de 60 litres.

De l’équipement à profusion

Le Spyder RT 2019 offrait déjà une grande quantité d’équipements, mais la version 2020 le surpasse. Au-delà du très bon pare-brise à ajustement électrique et du système audio dont la sonorité n’est pas mauvaise, on note l’arrivée de sièges chauffants tant pour le passager que pour le pilote sur la version Limited. Cette dernière est également munie d’un coffre arrière faisant paraître l’ancien minuscule et pouvant contenir deux casques. Fait intéressant, ce coffre se détache en quelques secondes et peut être remplacé soit par le couvercle du Spyder RT de base (livré sans valise arrière), soit par une foule d’accessoires LinQ qu’offre BRP pour ses motomarines et VTT.

Un confort royal

Qui dit monture de tourisme dit confort et, à ce chapitre, le Spyder RT n’est rien de moins qu’exceptionnel. La combinaison d’une excellente selle, de suspensions souples et de la généreuse protection contre le vent qu’il offre permet d’enfiler de longues distances avec une remarquable facilité. L’aspect le plus impressionnant de son ergonomie est amené par de nouvelles plateformes de 58 cm (presque 2 pieds !) qui donnent au pilote la possibilité de placer ses pieds sous son bassin ou d’étirer complètement les jambes. Aucune moto de tourisme n’offre une telle latitude. Ces plateformes sont également relevées vers l’avant afin de permettre au pilote de s’ancrer en virage avec les jambes.

Un comportement sain

Malgré ses proportions imposantes, le Spyder RT se manie avec beaucoup de facilité, sans besoin d’une grande expertise de pilotage et sans égard à la taille ou à la force physique du pilote. Si la nouvelle version du modèle conserve l’accessibilité générale de l’ancienne, le comportement, lui, progresse agréablement en termes de stabilité. En effet, les corrections de cap typiques du RT précédent sont nettement moins fréquentes sur le 2020, une amélioration qui serait le résultat du centre de gravité abaissé. En termes de mécanique, le tricylindre en ligne de 1,3 litre demeure inchangé et continue de faire son travail sans beaucoup de caractère, mais quand même très convenablement.

Place à amélioration

Malgré toutes les améliorations qu’il offre, le nouveau Spyder RT ne s’est pas débarrassé de certains aspects agaçants de la version précédente au niveau de l’opération. On parle surtout des procédures de démarrage, d’arrêt et d’engagement de la marche arrière qui demandent plus d’étapes que ce qui est logiquement nécessaire. Les propriétaires s’y habituent et ne semblent pas s’en plaindre outre mesure, mais cela n’empêche pas qu’on comprenne mal pourquoi une voiture ou une moto moyenne est plus simple à faire démarrer qu’un Spyder. Quant au système d’infodivertissement, il n’est pas non plus le plus intuitif qui soit, mais, à sa défense, très peu de ces systèmes le sont vraiment.

Conclusion

Il est très difficile de prendre en faute la manière dont Can-Am a fait progresser le Spyder RT. Il s’agit d’un véhicule de tourisme et chacun des aspects importants de cette classe que sont l’équipement, le confort et le volume de rangement a clairement progressé. Sans vouloir relancer le débat 2-roues contre 3-roues, le fait est qu’on peine vraiment à trouver une moto de tourisme offrant la capacité d’avaler des kilomètres en grande quantité et avec un passager à bord aussi confortablement que la version Limited du nouveau RT. Et l’aveu vient d’un gars de moto…

Bertrand Gahel est l’auteur du Guide de la Moto.

Les frais de transport et d’hébergement ont été payés par Can-Am.

FICHE TECHNIQUE

Marque : Can-Am

Modèles : Spyder RT/Limited

Prix : 29 444/34 144 $

Garantie : 2 ans/kilométrage illimité

Moteur : 3-cylindres en ligne de 1330 cc refroidi par liquide

Transmission : semi-automatique à 6 rapports et marche arrière, entraînement final par courroie

Poids tous pleins faits : 449/464 kg

Freins avant : 2 disques avec étriers à 4 pistons et ABS

Frein arrière : 1 disque avec étrier à 1 piston et ABS

Pneus avant : 165/55 R15

Pneu arrière : 225/50 R15