(Francfort) Le salon automobile de Francfort s’est achevé dimanche soir sur une chute de fréquentation de 30 %, avec environ 560 000 visiteurs pour cet événement boudé par de nombreux constructeurs et perturbé par des manifestants écologistes.

Agence France-Presse

Le salon, organisé un an sur deux en alternance avec Paris, a été marqué par l’absence des constructeurs japonais Toyota et Nissan, des américains General Motors et Fiat-Chrysler, des français Renault, Peugeot et Citroën, du californien Tesla, mais aussi de grands noms du luxe, comme Bentley, Ferrari, Maserati et Rolls-Royce

PHOTO DANIEL ROLAND, AFP

Ce fut le salon de l'anti-auto. Une des manifestations pour la défense de l'environnement durant les premiers jours du Salon de l'auto de Francfort.

Cette vitrine de la puissante industrie automobile germanique avait attiré 810 000 visiteurs en 2017 et 932 000 en 2015.

Le salon de l'électrique

Cette année, il faisait la part belle aux nouveaux modèles électriques qui doivent permettre de réduire les émissions de CO2 des véhicules mais sont encore très minoritaires dans les rues.

PHOTO DANIEL ROLAND, AFP

Un manifestant de Greenpeace brandit une affiche décrivant l'automobile comme une «tueuse du climat» lors de l'allocution de la chancelière d'Allemagne Angela Merkel au Salon de l'auto de Francfort le 20 septembre 2019.

Quelques heures après avoir inauguré le salon au côté de la chancelière Angela Merkel, le président de la Fédération automobile allemande (VDA), lobby de la filière et organisateur de l’événement, Bernhard Mattes, avait annoncé le 12 septembre qu’il quitterait ses fonctions à la fin de l’année, après moins de deux ans en fonction.

Selon des médias allemands, M. Mattes n’avait plus le soutien des constructeurs.

L’automobile, secteur stratégique et toujours objet de fascination en Allemagne, pays des marques haut de gamme et des grosses cylindrées, subit des critiques de plus en plus virulentes depuis le scandale des moteurs truqués de Volkswagen qui a éclaté en 2015. Récemment, la mobilisation anti-voiture est montée d’un cran dans le contexte des manifestations pour le climat.

Importantes manifestations anti-auto

Entre 15 000 et 25 000 manifestants écologistes avaient perturbé le premier week-end d’ouverture au public du salon, réclamant davantage de moyens pour les transports en commun ou le vélo, et criant leur hostilité aux VUS, ces 4x4 de plus en plus populaires auprès des acheteurs mais plus polluants que les berlines classiques.

PHOTO TOBIAS SCHWARZ, AFP

Des manifestants de Greenpeace debout sur des VUS Volkswagen.

Le salon envisage de se transformer radicalement avec « plus de formats interactifs et d’expériences » et « plus de présence digitale ». « Nous voulons à l’avenir présenter une nouvelle mobilité aux citoyens dans la ville », et non plus seulement dans les murs d’un parc d’exposition, a expliqué M. Mattes, dans un communiqué.

Il a confirmé que la VDA réfléchissait à d’autres villes que Francfort pour accueillir l’événement, alors que des rumeurs évoquent la possibilité d’un déménagement à Berlin.