(OSLO, Norvège) Sauver la planète… jusque dans l’au-delà ? Les voitures électriques ont tant la cote en Norvège qu’une entreprise de pompes funèbres s’y est mise à son tour et propose de rejoindre son ultime demeure dans un élégant corbillard « propre », tel un testament écologique adressé aux vivants.

Pierre-Henry DESHAYES
Agence France-Presse

« Beaucoup de Norvégiens conduisent une voiture électrique et certains d’entre eux tiennent à quitter cette planète sur une touche verte », assure Odd Borgar Jølstad en montrant son corbillard Tesla customisé, dans la quiétude du cimetière de Grefsen, sur les hauteurs d’Oslo.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Odd Borgar Jolstad, chauffeur d'une Tesla modifiée en corbillard, conduit les morts de l'église au cimetière sans émettre un seul gramme de CO2. Riches ou non, jeunes ou pauvres, hipsters urbains et campagnards, les Norvégiens sont de plus en plus nombreux à passer à la voiture électrique.

« C’est notre modeste contribution à l’environnement », sourit le directeur de l’entreprise.

Riches ou non, jeunes ou âgés, citadins ou ruraux, les Norvégiens, y compris le prince héritier Haakon, se convertissent à l’électrique, un mode de propulsion particulièrement écologique dans un pays où l’électricité est propre car d’origine essentiellement hydraulique.

PHOTO BERND VON JUTRCZENKA, AP

Le prince Haakon de Norvège roule électrique. On le voit ci-haut discutant avec un des exposants norvégiens présents à l'Exposition Green Tech de Berlin, le 24 mai 2019.

La Norvège est présente sur le terrain des véhicules électriques depuis les débuts de ce concept et, aujourd’hui, la tendance est solidement ancrée. Petits modèles ou berlines familiales, de l’abordable Leaf de Nissan aux plus luxueuses Tesla, plus d’une voiture neuve sur deux vendue en mars dans le pays était propulsée uniquement par des batteries plutôt que par un moteur thermique.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Christina Bu, secrétaire générale de l’Association norvégienne des véhicules électriques, pose près d’une voiture électrique le 30 avril 2019 à Oslo. Plus d’une voiture neuve sur deux vendue en mars en Norvège était tout électrique.

« On sera sans doute à plus de 50 % sur l’ensemble de l’année également », affirme Christina Bu, secrétaire générale de l’Association norvégienne des véhicules électriques.

Du jamais vu ni en Norvège ni ailleurs, et cette proportion devrait encore aller crescendo avec l’arrivée de nouveaux modèles, souligne l’association.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Une BMW i3 électrique roulant dans les rues d'Oslo, la capitale de la Norvège.

En juin, sur les dix meilleures ventes de voitures neuves, sept modèles étaient électriques.

Conscience écologique plus aiguë ?

Le pays nordique a beau être le plus gros producteur de pétrole d’Europe de l’Ouest, il a pour ambition officielle que, dès 2025, toutes ses voitures neuves soient des modèles zéro émission.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Une voiture entre dans un garage accueillant exclusivement des voitures électriques, à Oslo le 30 avril 2019.

« Il y a bien sûr des défis à relever mais c’est tout à fait possible », estime Christina Bu. Pour être au rendez-vous en 2025, il faudra un coup d’accélérateur dans la mise en place des infrastructures de recharge, le long des autoroutes, dans les zones rurales et dans les parkings d’habitations collectives, souligne-t-elle.

Les Norvégiens, immensément prospères grâce au pétrole de la mer du Nord, auraient-ils une conscience écologique plus aiguë que les autres ?

L’électrification rapide du parc automobile doit surtout à une politique publique généreuse : les voitures électriques sont presque totalement exemptées des lourdes taxes pesant sur les modèles à essence ou diesel, ce qui les rend compétitives à l’achat.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Les bornes électriques publiques sont nombreuses dans les rues d'Oslo.

Une e-Golf électrique coûte ainsi 326 000 couronnes (49 500 dollars CAN), contre près de 334 000 couronnes (50 700 dollars CAN) pour une Golf à moteur thermique. Si l'électrique avait été assujettie aux mêmes taxes que la conventionnelle, elle aurait coûté 407 150 couronnes (61 800 dollars CAN).

A bientôt 68 ans, Per Kølner, chef d’entreprise à la retraite, en est à sa cinquième voiture électrique.

« Au début, c’était une affaire de coûts », confie-t-il devant sa Tesla Model 3 flambant neuve. « Les péages urbains ont commencé à champignonner un peu partout et, pour aller et revenir du travail tous les jours, je devais en passer quatre, soit 10 à 15 dollars quotidiennement rien qu’en péages. »

Rien de tel pour les voitures électriques qui ont longtemps pu passer à l’œil.

Coûts sociaux

Mais ces mesures ont un coût considérable. Parce que le parc automobile est de plus en plus propre et donc de moins en moins taxé, les recettes fiscales liées à la voiture en Norvège sont aujourd’hui de 2,6 milliards d’euros moindres qu’en 2007.

Déjà, certains avantages spécifiques disparaissent : les péages urbains ne sont plus gratuits mais à taux réduits, de même que le stationnement et la recharge des batteries sur les parkings publics.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Un automobiliste range son câble de recharge dans sa Tesla, qu'il avait garée dans un stationnement réservé aux voitures électriques à Oslo. Ces places, auparavant gratuites, sont désormais payantes, mais à prix réduit.

Le passe-droit autorisant à emprunter les couloirs de transport collectif est désormais conditionné dans certains cas à la présence d’au moins deux personnes à bord : trop nombreuses aux heures de pointe, les voitures électriques retardaient les bus…

Et ls exemptions fiscales, garanties jusqu’en 2021, sont de plus en plus critiquées : « Nous subventionnons les voitures électriques en Norvège parce que leurs niveaux d’émissions de CO2 sont moins élevés que pour les voitures conventionnelles », note Bjart Holtsmark, chercheur à l’Institut norvégien de statistiques.

PHOTO JONATHAN NACKSTRAND, AFP

Selon Bjart Holtsmark, analyste à l’Institut norvégien de statistiques, la subvention aux voitures électriques réduit les émissions de CO2, mais ne règle pas les autres problèmes causés par la voiture individuelle.

« Mais il y a de nombreux autres coûts sociaux liés à la conduite d’une voiture : les embouteillages, les accidents, le bruit… Et à cet égard, les différences sont minimes, quel que soit le type de voiture », précise-t-il.

Ceux qui roulent électrique font 20 % plus d'accidents

Selon Gjensidige, le plus gros assureur de Norvège, les nouvelles voitures électriques sont impliquées dans 20 % d’accidents en plus que les modèles diesel en raison, notamment, d’une puissance d’accélération nettement supérieure.  

Au-delà des particuliers, voitures et fourgonnettes électriques séduisent néanmoins de plus en plus une clientèle commerciale. Et taxis, facteurs et pompiers s’y mettent à leur tour.

Mais, dans les rues d’Oslo, le corbillard électrique détonne encore. « Souvent, quand on est sur la route, des passants et même des automobilistes sortent leur portable pour prendre des photos », témoigne M. Jølstad.