Le Théâtre La Licorne a dévoilé lundi la programmation de sa saison 2022-2023. Pas moins de 11 pièces y seront présentées, rassemblées sous le slogan « Fait maison ».

Publié le 25 avril
Stéphanie Morin
Stéphanie Morin La Presse

« Après deux ans de pandémie, j’avais envie de quelque chose de chaleureux, de convivial. Car pour le public et pour les artistes, La Licorne, c’est une maison », lance Philippe Lambert, directeur artistique et général du théâtre de l’avenue Papineau.

« Je suis fier de présenter une programmation qui fait place à une diversité de tons et de genres. Le plus excitant pour moi est de faire découvrir des écritures singulières, drôles ou grinçantes comme c’est le cas cette année. J’aime faire découvrir des auteurs qui ont des couleurs très personnelles. De plus, les textes sont ancrés dans des enjeux concrets, qui sont sur la place publique présentement. »

Il cite comme exemple la pièce Les glaces de Rébecca Déraspe, où il est question du mouvement #metoo « avec un angle tendre, drôle et très humain ».

Cet humour décalé fait partie de l’ADN de la Licorne. Il est très important pour nous, car il permet d’aborder des œuvres dures et de plonger dans des questionnements profonds grâce à cette soupape.

Philippe Lambert, directeur artistique et général du théâtre La Licorne

Dans la salle principale, la saison s’ouvrira avec la pièce Un violon discordant, inspirée d’une nouvelle de Yann Martel. Anthony Black, qui signe le texte et cosigne la mise en scène, partagera la scène avec Jacques Mindreau.

Suivra en octobre Les glaces de Rébecca Deraspe, dans une mise en scène de Maryse Lapierre. Cette pièce, qui se déroule dans le Bas-Saint-Laurent, rassemblera huit interprètes, dont Debbie Lynch-White, Daniel Gadouas et Anna Beaupré Moulounda.

Du 22 novembre au 17 décembre, la pièce Run de lait s’amène à La Licorne après un passage très remarqué à Québec. Cette pièce de théâtre documentaire signée Justin Laramée s’attarde à l’industrie laitière et à ceux qui en vivent, parfois difficilement.

La pièce Dix quatre prendra le relais du 17 janvier au 25 février. Le dramaturge et scénariste canadien Jason Sherman y raconte sur un ton jubilatoire (dixit Philippe Lambert) tout ce qui ne tourne pas rond dans le merveilleux monde de la télévision. Didier Lucien assure la mise en scène de ce spectacle qui mettra notamment en vedette Norman Helms et Marie-Hélène Thibault.

Fin mars, la Grande Licorne accueillera Old Orchard, une pièce de Thomas Gionet-Lavigne, qui raconte le séjour à la mer de deux trentenaires célibataires, interprétés par Maxime de Cotret et François-Simon Poirier.

Toujours dans la salle principale, l’adaptation pour la scène du film Deux femmes en or conclura la saison, du 18 avril au 13 mai. La pièce écrite par Catherine Léger et mise en scène par Philippe Lambert réunira notamment Isabelle Brouillette, Sophie Desmarais, Steve Laplante et Mathieu Quesnel.

À la Petite Licorne

La salle intime du théâtre La Licorne accueillera aussi cinq spectacles, dont Chokola, de la jeune autrice afrodescendante Phara Thibeault, pour qui Philippe Lambert avoue avoir eu « un coup de cœur ».

Les autres spectacles qui prendront d’assaut la Petite Licorne sont Brefs entretiens avec des femmes exceptionnelles (dans une mise en scène de Gabrielle Lessard), Le titre du livre serait Corinne de Marie-Christine Lê-Huu, en conversation avec Annie Darisse (mise en scène de Claude Poissant), Tu ne me croiras pas de Guillaume Lapierre-Desnoyers (dans une mise en scène de Frédéric Blanchette) et Stop Kiss, dans une mise en scène de Kim Despatis.

Consultez le site du Théâtre La Licorne