La compagnie Duceppe a dévoilé jeudi la programmation de sa prochaine saison, qui marquera aussi son 50anniversaire. Celle-ci comprend cinq créations québécoises, porteuses d’autant d’univers et de visions personnelles du théâtre.

Publié le 21 avril
Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

On connaissait déjà deux des pièces majeures de la saison : l’adaptation par David Laurin du film de Louis Bélanger Gaz Bar Blues, avec Martin Drainville dans le rôle du patriarche propriétaire de la station-service ; et le Projet Riopelle [titre de travail], la prochaine création de Robert Lepage, en coproduction avec Ex Machina, sur la vie et l’œuvre du peintre Jean Paul Riopelle, qui sera à l’affiche à la fin d’avril 2023, avec entre autres Anne-Marie Cadieux et Luc Picard.

À ceux-là s’ajoute Mama, une œuvre de Nathalie Doummar, qui ouvrira la saison en septembre. « Une histoire d’amour et de violence, de transmission et de transgression », qui parle aussi de la résilience des femmes issues de l’immigration au Québec. La mise en scène sera assurée par Marie-Ève Milot.

« Un spectacle sur rien »

Suivra en novembre Showtime – Une grosse pièce de théâtre, une proposition écrite, interprétée et mise en scène par Simon Lacroix, Sonia Cordeau et Raphaëlle Lalande. Ces trois artistes du Projet Bocal seront entourés de sept autres comédiens sur scène. À une époque où les artistes doivent absolument avoir un propos dans leur œuvre, Showtime sera « un spectacle sur rien ». « Le Projet Bocal n’a pas voulu s’imposer un sujet, souligne la direction de Duceppe. Les créateurs proposeront un pur divertissement, sans avoir la pression d’être en phase avec des enjeux de société. »

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Les codirecteurs artistiques de la compagnie, David Laurin et Jean-Simon Traversy

À l’hiver 2023, place à Manikanetish, adaptation théâtrale, dans une mise en scène du codirecteur Jean-Simon Traversy, du roman de Naomi Fontaine. Cette autrice et professeure innue originaire de la Côte-Nord a fait « une entrée remarquée sur la scène littéraire en 2011, avec Kuessipan. Elle a adapté son autre roman pour la scène en collaboration avec la dramaturge Julie-Anne Ranger-Beauregard. Elle y propose un mélange de narration et de fiction, mettant en scène sept artistes innus », résume le communiqué.

Un théâtre rassembleur

Selon ses codirecteurs, Duceppe propose un théâtre « rassembleur avec de l’ampleur ». Son grand plateau sera utilisé à son plein potentiel tout au long de la saison.

« En proposant cinq créations québécoises pour nos 50 ans, on suit la trajectoire directe vers où la compagnie s’en va », expliquent David Laurin et Jean-Simon Traversy.

On continue à proposer des œuvres qu’on ne peut pas voir ailleurs, qui partent de l’intime pour aller vers l’universel. Et aussi à soutenir l’écriture d’ici, à faire une grande place à la relève, à la diversité des histoires à raconter.

David Laurin et Jean-Simon Traversy

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

La programmation de la prochaine saison (2022-2023) de Duceppe réunit de nombreux artistes et fait une grande place à la relève.

En plus des cinq créations citées plus haut, Duceppe présentera le spectacle-évènement Un. Deux. Trois. de Mani Soleymanlou, avec 40 interprètes venus des quatre coins du Canada. Ce spectacle fera aussi une tournée nationale. Au centre de la proposition, cette question : « Qu’est-ce qui, collectivement, nous définit, nous divise et nous réunit ? »

Le loup de Nathalie Doummar, pièce dont la présentation avait été écourtée en 2020, reviendra du 26 au 30 octobre, bonifiée d’un épilogue inédit. Ainsi que d’autres activités et pièces en formule 5 à 7. Finalement, Duceppe accueillera Fanny Britt en résidence d’écriture.

Consultez le site de Duceppe