Un passionnant parcours de l’histoire du TNM, en pièces détachées, marque ses 70 ans d’existence sur le web.

Publié le 24 janvier
Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

Tandis que les salles de spectacles sont toujours fermées, pourquoi ne pas prendre le temps de plonger à travers l’histoire de l’une des plus prestigieuses compagnies de théâtre au Québec ?

Pour marquer ses 70 ans d’existence, le Théâtre du Nouveau Monde (TNM) a puisé dans sa mémoire pour lancer un volet historique sur son site web. Intitulée Traces d’histoires, la nouvelle section pilotée par Annie Gascon regroupe plusieurs vignettes, photos et courts textes. On nous invite faire un parcours chronologique, afin de découvrir la richesse du passé du TNM ; et l’intensité de son activité théâtrale, de sa fondation à aujourd’hui.

On revient sur les mandats des quatre directorats, respectivement ceux de Jean Gascon, Jean-Louis Roux, Olivier Reichenbach et Lorraine Pintal ; mais aussi sur les spectacles, les rencontres et autres évènements marquants de l’institution.

On s’attarde sur les divers lieux où la compagnie a logé au fil du temps : le Gesù, l’Orpheum, le Port-Royal (Place des Arts) et le Gayety Theatre. Ce dernier, inauguré en 1912, changera souvent de nom avant devenir la maison actuelle du TNM, en 1972.

Sans oublier des anecdotes puisées dans sa boîte à souvenirs, comme le rapt de Gérard Philipe… De passage à Montréal, à l’été 1952. Le célèbre acteur français a été « kidnappé » par les étudiants de l’École d’art dramatique du TNM. Bon joueur, Gérard Philipe a accepté de donner une leçon théâtrale aux apprentis comédiens.

D’ailleurs, l’École du TNM, dirigée par Jean Gascon et Jean Dalmain a formé une quarantaine de comédiens. Parmi eux, mentionnons Marc Favreau, Monique Joly, Guy L’Écuyer, Monique Miller, Dyne Mousso et Marcel Sabourin. Fermé en 1956, l’Atelier du TNM aura été précurseur de l’École nationale de théâtre du Canada, inaugurée en 1960, « dont le parrain est assurément le TNM ».

Une lecture passionnante qui nous rappelle cette devise de Jean-Louis Roux, qui résume bien l’aventure du TNM : « Le sens, le goût du risque est essentiel au Théâtre, comme au public de Théâtre ».

Consultez le site web du TNM