Le Théâtre Prospero a un nouveau directeur. Le metteur en scène Philippe Cyr succède à Carmen Jolin, qui est à la barre du théâtre depuis 12 ans. Le Groupe de la Veillée en fera l’annonce ce mercredi, en soulignant que Cyr assurera aussi la codirection générale du théâtre, avec une autre personne qui reste à nommer.

Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

« Philippe Cyr incarne cette génération d’aujourd’hui qui explore une diversité d’approches ; nous avons trouvé en lui un artiste, un praticien prolifique et un interlocuteur doté d’une vision collaborative, sensible aux enjeux actuels », écrit-on dans le communiqué du Prospero.

« Je vois vraiment le théâtre comme un bien public ; et je vois mon rôle à la tête du Prospero comme un service public », a confié le nouveau directeur artistique en entrevue avec La Presse cette semaine. À 40 ans, Philippe Cyr a une belle feuille de route. Comédien, metteur en scène, directeur de compagnie (L’homme allumette), il a créé des spectacles marquants sur plusieurs scènes au Québec, dont J’aime Hydro, l’iShow et Le brasier.

Carmen Jolin ne quitte pas tout de suite son joli navire de la rue Ontario. Elle restera en poste cette saison pour accompagner le nouveau directeur dans la transition. À ses yeux, cette nomination au Prospero représente une étape importante pour la compagnie fondée en 1974 par Gabriel Arcand. Elle arrive avec un long processus de sélection, et une période de riches réflexions sur l’avenir du théâtre.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Carmen Jolin restera en poste cette saison pour accompagner le nouveau directeur dans la transition au Théâtre Prospero.

C’est vraiment un nouveau cycle pour le Prospero. C’est l’occasion de laisser la place à une autre génération. De jeunes artistes qui occuperont de plus en plus la direction des salles et des lieux de création théâtrale que ma génération a fondés dans les années 1980 et 1990.

Carmen Jolin

Or, Carmen Jolin ne se voit pas dicter le chemin du futur à son successeur. Et elle compte bien lui laisser toute la place. « Cette transmission va se faire dans un esprit de très grande liberté ; cette même liberté qui était à l’origine de la création de l’Espace La Veillée », dit-elle.

Atomes crochus

Lorsque La Presse demande à Philippe Cyr ce qui l’a poussé à poser sa candidature, il répond qu’il voulait voir comment il pouvait déployer autrement son travail après une quinzaine d’années de pratique théâtrale. « Nous nous sommes choisis, le Prospero et moi. On a des atomes crochus, des valeurs semblables et une sensibilité commune. »

« J’ai aussi des affinités avec son histoire, ajoute-t-il. L’exploration et le risque, c’est l’ADN du Prospero. C’est un terrain fertile pour le théâtre d’art, d’essai, de prise de risques. Un lieu pour explorer de nouvelles dramaturgies et aborder la transgression, une chose importante en art. Or, pour moi, la transgression, ce n’est pas de la provocation. C’est essayer de montrer les angles morts de la condition humaine. J’aime regarder dans les recoins pour trouver des choses qu’on aborde moins souvent dans notre culture. D’ailleurs, mes projets ne se ressemblent pas les uns les autres. »

Un projet à construire

En cette ère pandémique, où tout est remis en question, est-ce que le nouveau directeur envisage d’apporter des changements à la mission ou à la fonction de la compagnie, à ses modes de production ?

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Philippe Cyr, nouveau directeur artistique du Théâtre Prospero

Je ne veux pas aborder la direction du Prospero en pointant déjà des changements. Ce que je trouve de beau dans cette passation, c’est qu’on me laisse le temps de choisir, de construire et de réfléchir au projet. Et j’ai envie de le faire en dialoguant avec d’autres artistes et des collaborateurs.

Philippe Cyr

« Par exemple, j’aimerais organiser des ateliers sur le langage et la pratique de la mise en scène au théâtre. Il y a peu de lieux de formation en mise en scène ou en direction d’acteurs au Québec. »

Pour l’anecdote, Philippe Cyr a signé sa toute première mise en scène, Les escaliers du Sacré-Cœur, au Prospero, en 2007, à sa sortie de l’UQAM.

Les spectacles de la saison 2021-2022, la dernière programmée par Carmen Jolin, seront dévoilés le 25 août.

Consultez le site du Prospero