Quel bonheur de voir cette pièce du russe Ivan Viripaev (Oxygène, La ville où je suis) reprendre l’affiche du Prospero cet automne.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Une soûlerie insensée où une dizaine de personnages se lancent dans une quête existentielle sans merci (et sans filet), à la recherche d’une (ou deux) parcelle(s) de vérité.

Tous les sujets y passent : l’amour, la famille, la foi, tout dans la réalité, avec à titre d’exemple cette scène délirante d’un enterrement de vie de garçon.

Avertissement : il se peut que vous soyez un peu cafardeux après, mais c’est le prix à payer pour recevoir (en pleine face) cette réflexion existentielle.

Une expérience collective intense mise en scène par Florent Siaud, qui dirige d’une main de maître certains de nos meilleurs acteurs des planches, à savoir : Dominique Quesnel, Évelyne Rompré, Maxime Denommée, David Boutin, Marie-France Lambert, Paul Ahmarani, Marie-Ève Pelletier, Marie-Pier Labrecque, Dany Boudreault et Renaud Lacelle-Bourdon.

Au Théâtre Prospero, du 16 au 28 septembre.

Consultez l’horaire des représentations : https://theatreprospero.com/archives/les-enivres/