Après avoir, dans une première saison marquante, ramassé les morceaux d'une vie parfaite qui avait explosé à cause de la trahison de son mari, après avoir tâtonné et trébuché, dans la deuxième, sur la nouvelle voie qu'elle avait choisi d'emprunter, Alicia Florrick trouve sa voix et sa place dans la troisième saison de The Good Wife (22 épisodes en anglais, avec sous-titres anglais). Et c'est un bonheur de la suivre sur ce chemin, tant dans sa vie personnelle que professionnelle.

Publié le 11 sept. 2012
Sonia Sarfati LA PRESSE

Dans la première, elle se rapproche (beaucoup) de Will, son collègue et patron, avec les complications que l'on pressent. Elle apprend à «apprivoiser» la nouvelle donne concernant Kalinda, l'enquêtrice de Lockhart/Gardner dont le passé trouble ressurgit - et sert de matière au cliffhanger de cette saison. Et elle navigue dans les eaux pas toujours claires de sa nouvelle situation familiale.

Les «bêtes noires» d'Alicia

Côté boulot, la firme a des problèmes financiers. Will est confronté à des erreurs commises par le passé. Les «bêtes noires» d'Alicia (certains avocats aux méthodes «particulières» et juges colorés) pointent leur nez ici et là. Et les cas qu'accepte la société, les plaidoiries, les enquêtes et les revirements sont originaux et passionnants.

Bien sûr, au centre de The Good Wife se trouve toujours Julianna Margulies, qui connaît maintenant par coeur son personnage, auquel elle apporte nuances et personnalité. Elle sait mettre en valeur toutes les teintes de gris de cette Alicia créée par Robert et Michelle King, qui n'est ni noire ni blanche - contrairement à ce que laisse supposer le titre de la série. C'est le grand intérêt de la chose. Et c'est exploré dans les suppléments Alicia Florrick at a Crossroad, document qui se penche sur le parcours de cette femme (pas si) exemplaire, et A New Beginning, genre de making-of de la saison en compagnie des créateurs et de la distribution.

Aussi au programme, A Bi-Coastal Affair, ou l'art d'écrire à Los Angeles une série tournée à New York, mais sensée se dérouler à Chicago, et Sexual Harassment Video, le film corporatif aussi bizarre qu'embarrassant que le personnel de Lockhart/Gardner est «obligé» de regarder pour le bien (!) de la firme - hilarant.

THE GOOD WIFE 3

Créée par Robert King et Michelle King. avec Julianna Margulies, Christine Baranski, Archie Panjabi, Josh Charles. (4 étoiles)