(Paris) Igor Bogdanoff est mort lundi à l’âge de 72 ans, moins d’une semaine après son frère Grichka, tous deux des suites d’une contamination à la COVID-19 selon des proches : les jumeaux furent des vedettes de la télévision des années 80 pour avoir lancé la première émission de science-fiction en France.

Publié le 3 janvier
Jean-François GUYOT Agence France-Presse

« Dans la paix et l’amour, entouré de ses enfants et de sa famille, Igor Bogdanoff est parti vers la lumière lundi 3 janvier 2022 », ont écrit ses proches dans un message transmis par son agent.

La famille n’a pas souhaité communiquer sur les causes de la mort d’Igor Bogdanoff, survenue lundi après-midi dans un hôpital parisien.

Son frère jumeau Grichka était mort le 28 décembre, après plusieurs jours d’hospitalisation et de coma. Là aussi, la famille n’avait pas souhaité communiquer sur les causes de sa mort, mais des proches avaient assuré qu’il n’était pas vacciné et qu’il était mort de la COVID-19.

Peu après la mort d’Igor, l’avocat des deux frères, Me Édouard de Lamaze, a confirmé sur RTL que ce nouveau décès était dû à la COVID-19. À la question « Est-il mort de la COVID-19 ? », l’avocat a répondu : « Oui malheureusement ». Il a en revanche refusé de confirmer que Igor n’était pas vacciné, indiquant qu’il était « avocat, […] pas médecin ».

Igor Bogdanoff, père de six enfants nés de plusieurs unions, était hospitalisé depuis la mi-décembre, comme le fut son frère.

Luc Ferry, professeur de philosophie et ancien ministre de l’Éducation, ami des deux frères, avait assuré au Parisien, au lendemain du décès de Grichka, que les Bogdanoff n’étaient pas vaccinés. Il avait également confirmé que Igor, positif à la COVID-19, était alors en service de réanimation.

Célèbres et controversés

Rendus célèbres dans les années 1980 par leur émission de science-fiction Temps X sur TF1, où ils évoluaient dans un décor de vaisseau spatial avec des combinaisons futuristes, Igor et Grichka étaient devenus l’objet de railleries pour leurs visages profondément transformés qu’ils qualifiaient eux-mêmes « d’extraterrestres ».

Malgré les polémiques, Grichka et Igor Bogdanoff ont préservé une notoriété, notamment auprès des quadra et des quinquagénaires, qui suivaient leurs émissions lorsqu’ils étaient enfants ou adolescents. Ces dernières années, ils étaient des invités récurrents de l’émission de Cyril Hanouna, Touche pas à mon poste !.

Leurs ouvrages scientifiques ont suscité leur lot de controverses et leur ont valu les foudres d’une partie de la communauté scientifique qui critiquait la « faible valeur » de leurs travaux.

Ils avaient été accusés de plagiat par l’astrophysicien américain Trinh Xuan Thuan pour l’une de leurs publications les plus connues, Dieu et la science, entretien avec le philosophe Jean Guitton (1991).

En 2010, l’hebdomadaire Marianne a publié des extraits d’un rapport du CNRS selon lequel les thèses et d’autres articles des deux frères, n’ont « pas de valeur scientifique ». En 2012, 170 scientifiques ont revendiqué leur « droit au blâme » après la condamnation d’un chercheur du CNRS critiquant des écrits des jumeaux.

Marianne sera condamné pour diffamation en 2014, mais, peu après, les frères seront en revanche déboutés d’une action engagée auprès du tribunal administratif de Paris contre le CNRS.

Beaucoup de mystère entoure la biographie des jumeaux qui ont rencontré de nombreux ennuis judiciaires. Récemment encore, ceux-ci ont entaché leur projet de reprise de leur émission culte Temps X avec le groupe Canal.

Les deux frères avaient été renvoyés en correctionnelle pour « escroquerie sur personne vulnérable ». Le procès devait avoir lieu les 20, 21 et 27 janvier 2022. Ils étaient accusés d’avoir escroqué un millionnaire souffrant de troubles bipolaires pour régler leurs déboires financiers et relancer l’émission Temps X.

La victime, Cyrille P., un ancien hôtelier fortuné de 53 ans souffrant de troubles bipolaires depuis plusieurs années, s’est suicidée le 31 août 2018, au plus fort de l’enquête, depuis les falaises d’Etretat (Seine-Maritime).