Dans la quotidienne du lundi de Star Académie, Lara Fabian prodigue toujours des conseils judicieux aux locataires du Manoir Maplewood. La directrice de l’académie y décortique avec une précision chirurgicale le dernier gala du dimanche, relève quelques travers et, au bout du compte, aide énormément les jeunes chanteurs à s’améliorer.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Tout ça, sans mesquinerie et avec une honnêteté rafraîchissante. C’est probablement mon moment préféré de la semaine d’école à Waterloo, en Estrie.

Même enthousiasme à propos des classes de chant que donne Lara Fabian. Celle où l’interprète de Leïla leur a appris à respirer adéquatement — la soufflerie ! — a été super inspirante. Tous les jeunes y ont retiré des trucs concrets et payants. Lara est généreuse, pertinente et capable de serrer les cordons, comme elle l’a fait avec l’intense Charles Kamoun, qui déplace énormément d’air, peut-être trop.

PHOTO FOURNIE PAR TVA

Les académiciens sur scène au dernier gala du dimanche de Star Académie

La quotidienne de Star Académie, sur les ondes de TVA du lundi au jeudi à 19 h 30, renferme plusieurs de ces perles. La préparation rigoureuse des spectacles avec Gregory Charles, le cours d’identité artistique d’Anne Dorval, qui a fait lire à ses élèves des textes de chansons, les mises en danger, les évaluations, sans oublier le passage rempli de franchise de l’humoriste Mariana Mazza, les quotidiennes nous accrochent en un claquement de doigts.

En toute honnêteté, je préfère les quatre demi-heures de Star Académie au très long gala de variétés hebdomadaire, qui comprend systématiquement un ou deux numéros de trop. Encore dimanche, notre intérêt frôlait le plancher à l’arrivée de la sensation canadienne Johnny Orlando.

Le public de Star Ac a l’oreille fine. Il a sauvé celle (Zara Sargsyan, 16 ans) qui a offert le meilleur tour de chant, soit J’ai douze ans de Diane Dufresne. Les profs ont protégé Rosalie Ayotte, 20 ans, même après sa reprise difficile d’Alone du groupe Heart. Sans surprise, Charles Kamoun, 27 ans, a pris le chemin du retour. On le sentait déjà ailleurs en début de cérémonie, comme s’il savait qu’il bouclerait ses valises le soir même.

PHOTO FOURNIE PAR TVA

Zara Sargsyan, 16 ans, a été sauvée par le public.

Avant le départ de Charles Kamoun, Lara Fabian lui avait parlé de son « arborescence » et avait suggéré au jeune homme de Québec de « mesurer le pouvoir du silence, une incroyable musique ». À cet instant précis, on aurait aimé que Lara retrouve son franc-parler limpide, moins codé, de la quotidienne.

La distanciation physique imposée par la COVID-19 n’aide pas les flamboyants galas dominicaux de TVA. Avec les deux mètres de distance imposés par la Santé publique, les académiciens ne partagent plus la bulle de l’artiste invité. Conséquence ? Ils jouent, en quelque sorte, les choristes pour Claude Dubois ou 2 Frères.

Avant le virus, je pense notamment au superbe pot-pourri de 20 minutes de Céline Dion en 2009, les jeunes avaient chacun un moment privilégié avec une star, en tête-à-tête. D’ailleurs, Maxime Landry a probablement gagné Star Académie ce soir-là grâce à son duo spectaculaire avec la diva de Charlemagne sur L’amour existe encore.

Parmi les temps forts du dernier gala, la portion Motown, où Queenie, Annabel et Maëva ont été épatantes, ainsi que le sympathique René Simard près du piano de Gregory Charles. À oublier : la forêt des arbres mal-aimés pendant le passage de 2 Frères.

Bien aimé également que ce soit les profs — et non les académiciens — qui commentent les prestations des artistes en danger. Pour ne pas influencer le vote populaire, les profs appuient sur le frein, certes, mais ils demeurent plus qualifiés pour ce type d’analyse.

Ce troisième gala de Star Académie a remonté sa cote d’écoute à 1 300 000 téléspectateurs. Non loin derrière, Tout le monde en parle a intéressé 1 074 000 personnes. Vlog (1 025 000) conserve sa popularité et Big Brother Célébrités (601 000) résiste bien à la Star Ac.

À propos de Big Brother sur Noovo, les fans râlent contre les départs annoncés des vedettes, dont Marie-Chantal Toupin, Varda Étienne et maintenant Emmanuel Auger, alias M. Veuto, qui a souhaité reprendre le plus grand rôle de sa carrière, soit celui de papa.

Dites-vous que la production de cette téléréalité ne jubile pas non plus quand un candidat annonce tôt dans la semaine qu’il claquera la porte. Il n’y a rien de plus désagréable pour tuer le suspense.

Pour revenir à Emmanuel Auger, feu Christian Phaneuf dans District 31, il a rempli sa mission à Big Brother. Il voulait gagner de l’argent pour améliorer son nid familial. Après sept semaines passées dans le manoir de L’Île-Bizard, il repart avec 45 000 $ dans ses poches. Quand même.

PHOTO FOURNIE PAR NOOVO

Emmanuel Auger a quitté volontairement la maison de Big Brother.

Le dernier défi du patron, remporté par la boxeuse Kim Clavel, a été l’un des plus dégueulasses de la saison avec la bave qui a coulé le long des blocs et toutes ces grosses langues qui léchaient la glace pour qu’elle fonde plus rapidement. Beurk. Encore une fois, l’alliance majoritaire a triomphé.

Mais après 50 jours en captivité, les sept derniers survivants de Big Brother ont appris qu’après leur éviction potentielle, ils pourraient regagner leur place dans la maison en remportant un ultime défi.

Uh-oh. Cachez les haltères du gym (Kevin, calme-toi), car ça risque de brasser davantage dans le palace !