Dans les revues de fin d’année, très souvent, ce sont les détails qui changent complètement la donne. Damien Robitaille qui s’effondre sur son piano en pleurs, le mari de Joyce Echaquan aux percussions avec la chanteuse Elisapie ou l’ex-mannequin Tyra Banks qui donne des leçons de smizing – cet art délicat et subtil du sourire avec les yeux – au premier ministre Justin Trudeau.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

En direct du jour de l’An et Infoman 2020 ont regorgé de ces perles qui, mises bout à bout, ont scintillé dans nos écrans. Bravo pour ces deux émissions intelligentes, émouvantes et divertissantes, confectionnées dans des conditions pandémiques pas faciles, ne l’oublions pas.

Chez France Beaudoin, impossible de résumer le compact et déchaîné numéro d’ouverture de 15 minutes, où ont notamment défilé Patrice Roy, 2Frères, Suzie Villeneuve, Jay Du Temple, Rita Baga, Serge Denoncourt, France Castel, Tones and I et Anthony Kavanagh.

PHOTO ÉRIC MYRE, FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Les quatre convives d’En direct du jour de l’An : Pierre Hébert (coup de cœur de notre chroniqueur), Simon Boulerice, Louise Latraverse et Mélissa Bédard

Le choix des kidnappés, qui s’éloignait du pool de vedettes habituelles, a été rafraîchissant : la douce Louise Latraverse, le passionné Simon Boulerice, le touchant Pierre Hébert (mon coup de cœur) et l’énergique Mélissa Bédard. Le courant entre les quatre convives passait super bien.

L’équipe de France Beaudoin sait doser les séquences endiablées et celles plus mélancoliques. Excellent flash que ce duo formé de Marjo et de Caroline Néron sur J’lâche pas, suivi d’Alexandra Stréliski qui joue Wow, d’André Gagnon, Gloria Gaynor en direct du New Jersey et Julie Snyder cachée dans une mascotte de cochon. C’était costaud et certainement pas paresseux.

PHOTO ÉRIC MYRE, FOURNIE PAR RADIO-CANADA

« Excellent flash que ce duo formé de Marjo et de Caroline Néron sur J’lâche pas », écrit notre chroniqueur.

À partir du numéro des nouvelles mamans, qui a réuni Ingrid St-Pierre, Fanny Bloom et Julie St-Pierre sur Une chance qu’on s’a, j’ai eu les yeux embués. Rendu aux percussions avec Carol Dubé, le conjoint de Joyce Echaquan, je ne voyais plus clair à travers mes verres de contact. Au son des tambours de Manawan et Québec, en passant par ceux de la Nouvelle-Écosse, ce vibrant hommage aux disparus dans des tragédies nous a atteints en plein plexus.

Les quatre invités d’En direct du jour de l’An ont été généreux dans leurs réactions, sincères et spontanées. Pensons à Pierre Hébert en état de choc devant sa « troisième » Rosalie ou à Louise Latraverse qui craque en apercevant son fils Max : impossible de ne pas verser une larme dans nos salons.

Bien aimé également que les artistes célébrant les quatre stars de la soirée aient, eux aussi, leur moment de bonheur. Comme Kim Richardson et sa maman ou Damien Robitaille et ses deux filles.

PHOTO ÉRIC MYRE, FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Le Band Aid des professionnels de la santé d’En direct du jour de l’An

Le limbo de Gabriel Nadeau-Dubois, les jumeaux Yambo dont Patrick Lagacé a raconté l’histoire, le Band Aid des professionnels de la santé ou le lipsync d’Ariel Charest, En direct du jour de l’An n’a connu aucun temps mort.

De son côté, l’excellent Infoman a réussi un coup médiatique fumant en interviewant l’ancienne top-modèle et animatrice Tyra Banks, qui a fait part de ses trucs pour sourire avec les yeux. Sur Twitter, Tyra Banks a même gazouillé au premier ministre Trudeau et souhaité la bonne année aux Québécois et aux Canadiens. La grande classe.

Encore mieux, Tyra Banks, suivie par plus de 14 millions d’abonnés, a répondu personnellement à plusieurs internautes québécois dans un franglais fort sympathique. J’ai même eu droit à plusieurs tweets de sa part, dont un qui disait qu’elle « smizait » en me lisant dans La Presse+. Wow. C’est quoi, les chances ? aurait sûrement crié Jay Du Temple en 2016.

Potin showbiz : le conjoint actuel de Tyra Banks, l’homme d’affaires Louis Bélanger-Martin, est québécois, ce qui explique sûrement son intérêt pour notre coin du monde. Une très bonne amie de Miss Banks, l’entrepreneure Marie-Pier St-Hilaire, habite également la ville de Québec.

Jean-René Dufort n’a pas déçu avec sa rétrospective rythmée par une percutante chanson thème de Sarahmée. Encore ici, une courtepointe de jolies trouvailles, dont l’entrevue avec Nathan Apodaca, l’homme au rouli-roulant qui a bu du jus de canneberges en chantant Dreams, de Fleetwood Mac.

La rencontre virtuelle avec le couple des McCloskey (les deux Américains armés) a été surréelle. Le dessin animé Insulthor a été génial, tout comme la deuxième édition de la bataille de lipsync avec Céline Bonnier, Martin Drainville et Anne Dorval.

L’œil entraîné d’Infoman ne rate aucun détail, comme la souris sur le perron de Justin Trudeau, l’état de santé de ses sapins, la difficulté de François Legault à prononcer les mots « difficile » et « réouverture », de même que le DArruda qui s’enfarge systématiquement dans l’acronyme CHSLD. Et Guy Nantel qui fait un vox pop à propos du nouveau chef du PQ, c’était délicieux.

Les nombreuses apparitions, dont Huguette Delisle (Marilyn Castonguay), de C’est comme ça que je t’aime, Alexis Lafrenière, des Rangers de New York, et la première vaccinée du Québec (Gisèle Lévesque), démontrent tout le travail derrière cette émission incontournable.

Et quel montage astucieux du tenace journaliste Yves Poirier, de TVA, qui n’a pas lâché Éric Salvail d’une semelle en 2020.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Véronique Claveau, à l’émission À l’année prochaine

Vive Véronique Claveau

En quelques courtes apparitions, Véronique Claveau a volé la vedette de l’émission À l’année prochaine, de Radio-Canada. Ses imitations de Pénélope McQuade, de Lara Fabian et de Céline Dion ont été impeccables, comme d’habitude.

D’ailleurs, Radio-Canada devrait aussi intégrer Benoit Paquette au noyau principal de l’équipe, lui qui fait d’excellents Richard Martineau, Tire le coyote et Normand Brathwaite.

Les fans d’À la semaine prochaine, l’émission de radio la plus populaire du Grand Montréal, ont renoué avec leurs personnages préférés, dont Alain Fini, Maurice de la quincaillerie et Fun Fournier, qui a parlé au téléphone avec le vrai Ron Fournier.

Denise Bombardier, Justin Trudeau, le pape François, Ginette Reno, Dan Bigras et Richard Latendresse, des favoris d’À la semaine prochaine, ont tous fait des apparitions dans des sketchs sympathiques, bon enfant.

Personnellement, ce type d’humour plus simple me rejoint moins, mais je peux comprendre pourquoi le public en raffole. C’est réconfortant, léger et sans malice. On sait exactement à quoi s’attendre et on l’obtient.