On le sait, les artisans de la télé se maquillent, se coiffent et cachent eux-mêmes leurs cernes avant d’apparaître devant une caméra. C’est la nouvelle réalité cosmétique de la télévision en distanciation physique.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

À Bonsoir bonsoir !, Véronique Cloutier a gentiment signalé à un Jean-Philippe Wauthier au visage semi-luisant qu’il avait oublié d’appliquer sa poudre matifiante. Pendant la pause publicitaire, l’animateur a réglé son « problème » de brillance. Pas plus compliqué que ça.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Jean-Philippe Wauthier et Vincent Graton sur le plateau de Bonsoir bonsoir !

Mais ce n’est pas d’ombre à paupières ou de crème autobronzante que je veux vous parler aujourd’hui. Je veux qu’on se jase de cette nouvelle télé plus douce et bienveillante qui nous provient d’ici et des États-Unis depuis le début de la crise du coronavirus.

Dans les deux derniers mois, une épaisse couche de fard est tombée des émissions qui continuent de nous divertir pendant cette période sombre. On dirait que plus les semaines avancent, plus les animateurs/présentateurs se rapprochent d’une authenticité qui fait du bien.

En ouverture du Téléjournal, mardi soir, Céline Galipeau a, pour une très rare fois, parlé de sa vie privée. « D’abord, un mot pour vous dire que comme plusieurs d’entre vous, ma vie est bousculée ces jours-ci. Ma mère est dans un état grave à l’hôpital et c’est ce qui explique mes absences ponctuelles du Téléjournal », a glissé la chef d’antenne de Radio-Canada.

En temps normal, les journalistes dits « sérieux » s’abstiennent de ce type de commentaire personnel. Mais nous ne sommes pas en temps normal. Et Céline Galipeau n’est pas un robot. Personne ne lui en voudra de nous avoir fait partager ce moment difficile. Même qu’on se sent encore plus proche d’elle maintenant.

Durant son émission à CNN la semaine dernière, le journaliste vedette Anderson Cooper a lu un texte émouvant sur la naissance de son fils, Wyatt Cooper. « Il est, je pense, particulièrement important en ces temps difficiles d’essayer de conserver des moments de joie et des moments de bonheur. Même si nous pleurons la perte d’êtres chers, nous sommes également bénis d’une nouvelle vie et d’un nouvel amour », a confié Anderson Cooper, un trémolo dans la voix.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE INSTAGRAM D’ANDERSON COOPER

Le journaliste Anderson Cooper a présenté son bébé sur les réseaux sociaux.

> Regardez le segment de l’émission d’Anderson Cooper (en anglais)

Toujours à CNN, les segments où l’animateur Chris Cuomo discute, sans flagornerie, avec son frère Andrew Cuomo, gouverneur de l’État de New York, sont savoureux. C’est du bonbon.

> Regardez une conversation entre Chris et Andrew Cuomo (en anglais)

Au sens propre comme au figuré, cette télé de brousse abat les barrières qui séparent les stars du petit écran de leurs fans. On sent nos vedettes de télévision plus vraies. On détecte une plus grande proximité entre elles et nous, ce qui n’arrive pas souvent, soyons honnêtes.

Aux États-Unis, les Stephen Colbert, Jimmy Kimmel et Jimmy Fallon animent leurs talk-shows dans leur propre maison, en linge mou confortable, le cheveu pas nécessairement dompté. Pour une rare fois, ces mises en scène n’ont pas été orchestrées par des experts en relations publiques.

La vraie vie se poursuit, pour eux comme pour nous, avec des enfants qui débarquent en pleine visioconférence ou avec un chien qui jappe en arrière-plan.

Marie-Soleil Dion l’expérimente dans sa cuisine à Ça va bien aller de TVA, tandis que Loulou fait la vaisselle derrière elle. C’est charmant.

IMAGE TIRÉE DE ÇA VA BIEN ALLER

Marie-Soleil Dion coanime Ça va bien aller, à TVA.

Évidemment, les grosses pointures du showbiz ne s’inquiètent pas de l’arrivée du prochain chèque d’aide gouvernementale. On s’entend qu’elles ne risquent pas non plus leur vie à changer des couches dans un CHSLD en zone rouge. Reste qu’on les imagine moins haut dans leurs tours d’ivoire.

L’abondance actuelle d’entrevues par Skype ou FaceTime nous permet également de fouiner sans gêne dans les salons et cuisines des célébrités. Le New York Times a récemment publié un délicieux papier qui analyse – avec humour – le contenu des bibliothèques d’Anna Wintour, d’Amy Poehler, du prince Charles ou de Cate Blanchett, qui ont tous accordé des interviews devant des rangées de livres dans les dernières semaines.

> Lisez l’article du New York Times (en anglais)

Du côté de Bonsoir bonsoir !, nous avons reluqué les disques d’or de Patsy Gallant dans une rencontre virtuelle complètement délirante. Louise Deschâtelets a pratiqué sa technique Nadeau devant un immense sofa couleur café au lait et Marie-Denise Pelletier a chanté dans sa salle de lavage, entre deux brassées. Pas trop de glam ici !

Il n’y a plus rien de normal dans ce que nous vivons présentement. Lors de ses points de presse de 13 h, le fameux District 13 h, le premier ministre François Legault doit même expliquer que c’est sa femme, Isabelle, qui lui a coupé les cheveux et que non, il n’a pas visité un salon de coiffure.

Je suis peut-être naïf, mais j’espère que cette télé franche, simple et sympathique ne disparaîtra pas avec le maudit virus. Un peu moins d’artifices, un peu plus d’approche complice, ça nous rendrait bien service.