L’extraterrestre B!bi est de retour ! Dans une vidéo devenue virale, la célèbre marionnette des années 90 revient sur Terre pour donner quelques conseils de santé publique… mais surtout pour répandre un peu de joie et de douce nostalgie en cette période morose. Et si on ramenait la marionnette aux cheveux verts au petit écran ?

Catherine Handfield Catherine Handfield
La Presse

Ça faisait quelques mois que les créateurs de l’émission jeunesse B!bi et Geneviève discutaient d’un éventuel retour de B!bi, cet extraterrestre aux cheveux verts qui a diverti les enfants le temps de cinq saisons sur les ondes du Canal Famille, entre 1988 et 1993.

L’occasion s’est présentée : la crise de la COVID-19.

« Je voyais les humoristes et les chanteurs sur Facebook. Quelques personnes m’ont écrit pour me demander : qu’est-ce que vous attendez pour sortir B!bi ? On s’est dit : why not ? » raconte par vidéoconférence le marionnettiste Michel Ledoux, qui prêtait sa voix et ses mains à B!bi.

Ça fait longtemps que c’est dans l’air. Marie-Mousse [Laroche, sa fille, également auteure], Michel [Ledoux] et moi, on s’en parlait depuis un bout.

Francine Tougas, auteure principale de B!bi et Geneviève

« Mais là, c’est encore plus dans l’air. Il n’y a rien de précis, on n’a rien à annoncer, mais on regarde ça sérieusement. La réponse au clip nous donne pas mal d’espoir », continue-t-elle.

Près de 400 000 visionnements

La réponse au clip est en effet phénoménale pour le Québec : à peine 24 heures après sa diffusion sur Facebook, dimanche après-midi, la vidéo de 3 minutes avait été vue près de 400 000 fois.

B!bi (la vraie de vraie marionnette originale !) raconte qu’il est revenu sur Terre parce qu’il a reçu des « messages d’inquiétude par la communication K-2-X-4 ». « Lorsque je suis arrivé sur la Terre, j’ai compris que ça allait mal. Très mal. Y a un virus qui veut attraper les Terriens. Un coronavirus », dit B!bi.

Avec la curiosité qu’on lui connaît (rappelons que le personnage était en stage d’études sur la Terre), B!bi énumère les conseils de santé publique qu’il a enregistrés dans sa mémoire phénoménale. Puis, il reçoit un appel vidéo de nulle autre que la vraie de vraie Geneviève, interprétée par la comédienne Sophie Dansereau.

Le ton est exactement le même que dans la série originale, dont les reprises ont été diffusées jusqu’au début des années 2000.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Francine Tougas et sa fille, Marie-Mousse Laroche

Il faut dire que l’équipe est la même qu’à l’époque. Même le producteur Paul Cadieux est de la partie. Se sont ajoutés à l’écriture la fille de Francine Tougas et à la technique la fille de Michel Ledoux, Marie Ledoux.

Les créateurs ne cachent pas leur surprise devant une réponse aussi forte du public. Et leur bonheur, aussi.

Un besoin de nostalgie

« L’objectif est avant tout de dérider, de donner un sourire collectif, dit Michel Ledoux. Il y a beaucoup de morosité dans l’air. On n’a pas le choix d’écouter les statistiques parce qu’aussitôt qu’on ouvre la télé, ça ne parle que de ça. C’est difficile de décrocher de l’écran quand ces infos-là rentrent. »

Francine Tougas lit avec émotions les innombrables commentaires laissés sous la vidéo de B!bi, sur Facebook. Certaines personnes ont confié qu’elles avaient pleuré en voyant arriver Geneviève, souligne-t-elle. L’auteure fait le parallèle avec la petite madeleine, de Proust — ces petites choses qui font rejaillir un souvenir.

« Les réactions des gens, ce n’était pas juste : “c’est drôle”, souligne Francine Tougas, qui a été auteure principale de la série Au secours de Béatrice, à TVA.

Quelque part, c’était comme un retour dans le temps. Et je trouve ça le fun d’offrir ça aux gens en ce moment. On a besoin de ça. On a besoin des émotions nostalgiques, des émotions d’enfant, parce que ce n’est pas drôle, ce qu’on entend aux nouvelles, ce n’est pas réjouissant.

Francine Tougas

Francine Tougas, Michel Ledoux et leurs filles respectives comptent bien remettre ça. Après l’entrevue avec La Presse, la petite équipe se lançait dans un remue-méninges pour le deuxième clip de B!bi.

Et ça se sent : les créateurs seraient heureux que le personnage revienne un jour au petit écran, comme Passe-Partout l’a fait en 2019. “On ne se cachera pas que ça prend un diffuseur quelque part, convient Michel Ledoux [qui est d’ailleurs le marionnettiste du Pruneau 2.0]. S’il y a une offre, le producteur Paul Cadieux ne se bouchera pas les oreilles. Il va être à l’écoute. Mais on a le public intéressé. Ça, c’est certain.”

La marionnette, c’est intemporel, rappelle Michel Ledoux, qui souligne à quel point les gens réagissent avec émotion quand il sort B!bi de son sac.

L’amour que les enfants portent aux marionnettes traverse aussi le temps, dit-il. “L’enfant peut la prendre dans ses mains, la marionnette. Tu n’as pas ça dans le virtuel. Francine n’a pas perdu sa plume et sa fille Marie-Mousse est de cette génération qui sait comment approcher le public en écriture. Moi, ça ne m’inquiéterait pas de ramener un B!bi 2.0.”