Après une virée inutile à Manawan et quelques crises de panique à la porte du Vol de nuit, l’agent double Fanny Couture (Ludivine Reding), alias la petite 450, s’approche enfin de la Vérité avec un grand V dans son enquête échevelée sur la mort des jeunes itinérants qui ont été retrouvés dans une carrière au début de la série.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Vous aviez oublié ces pauvres ados mutilés et drogués ? C’est 100 % normal. L’intrigue de Fugueuse 2 a emprunté de nombreux détours inutiles, qui ont semé la confusion chez les 1,7 million de téléspectateurs.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Robin L’Houmeau incarne Yohan, devenu Alex, dans la série Fugueuse 2.

La transition de Yohan (Robin L’Houmeau) en Alex, le salon de massage de Natacha Brown (Kimberly Laferrière), le kidnapping de la petite Hope, le « puppy party » qu’on ne verra jamais, les longues promenades de quatre-roues dans le bois, les cheveux gras de Damien (Jean-François Ruel) au casse-croûte, le meurtre de Carlo (Iannicko N’Doua) ou l’assassinat de l’escorte Michelle Garcia (Miryam Magri) : la populaire série de TVA a ouvert tellement de dossiers qu’elle a négligé le principal, celui des jeunes de la rue.

Dans l’épisode relayé lundi soir, l’agent Couture, maintenant barmaid dans l’endroit le plus branché de Montréal (non, ce n’est plus le Glitch), a infiltré l’antichambre où le mystérieux Franck Lewinski (Paul Savoie) tient salon, entouré de mineurs et de sexagénaires friqués.

Visiblement, ces soirées de « mentorat » servent à « vendre » des jeunes démunis à des gens mal intentionnés, qui les jetteront ensuite en pâture à des chiens enragés pas aussi mignons que ceux d’Animania. Les flash-backs expérimentés par le prostitué Nathan (Étienne Courville) montrent l’enfer vécu par les victimes, un cauchemar digne du film Saw.

Si l’on remonte au tout premier épisode de Fugueuse, rappelez-vous, c’est dans une carrière appartenant à l’homme d’affaires Franck Lewinski que les quatre cadavres ont été repêchés. Ah-ha ! La téméraire Fanny, même si sa patronne l’a théoriquement « suspendue » de l’opération policière, a finalement trouvé le lien funeste : la famille Lewis, dont le fils Augustin (Francis La Haye), qui n’a vraiment pas l’air d’un ange.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Ludivine Reding incarne l’agente Fanny Couture dans la série Fugueuse 2, diffusée à TVA.

Le problème, c’est A) que les protagonistes impliqués dans ce trafic n’ont pratiquement pas eu de temps d’antenne et B) qu’il ne reste que deux épisodes de Fugueuse pour débroussailler l’histoire.

Bref, l’auteure Michelle Allen a gaspillé trop de temps sur le divorce des parents de Fanny ou la vengeance du meurtre d’Ariane (Laurence Latreille) sans fournir aucun indice sur les Lewinski ni sur Jim O’Brien (Mathieu Baron), l’un des rabatteurs de jeunes pour ces fêtes privées.

Au bout du compte, Carlo n’a rien à voir dans cette affaire glauque, malgré toute l’importance qui lui a été accordée dans les dernières semaines. Ordinaire comme revirement. Le grand Jim – alias le gérant du café toujours vide – semblait être un bon gars et, coup de théâtre, c’est lui aussi un pourri. Du moins, c’est ce qu’on déduit.

Et où loge l’avocat louche Jérôme Montagne (Nicolas Canuel) dans ce scénario étriqué ? C’est nébuleux. D’un côté, il soigne le pauvre Nathan et de l’autre, il trempe encore dans l’organisation de partys où il y a « de la poudre et des putes ». Miel et venin, pour paraphraser Marie Carmen.

PHOTO FOURNIE PAR RADIO-CANADA

Marina Orsini dans Une autre histoire, à Radio-Canada

Dans Une autre histoire à Radio-Canada, comment se fait-il que les deux frères de Caroline (Debbie Lynch-White) aient gobé aussi facilement l’hypothèse que le retour de leur mère Manon/Anémone (Marina Orsini) n’a été qu’une hallucination ? C’est fort de café en titi.

Même Caroline, qui souffre d’une dépression sévère, il faut le préciser, s’est convaincue que l’apparition de Manon/Anémone, après 30 ans d’absence, s’inscrit dans un gros épisode de délire. Ben voyons donc.

Heureusement que Caroline a gribouillé un numéro de plaque d’immatriculation dans son cahier, sinon on pataugerait encore dans cette intrigue l’année prochaine.

Toujours dans ce dossier, c’est une simple photo de famille, supposément retrouvée dans les débris d’un écrasement d’hélicoptère, qui a persuadé Sébastien (Benoît McGinnis) que Manon/Anémone est bel et bien morte. C’est une preuve très mince pour un enjeu aussi crucial, il me semble.

Aucun registre de passagers de l’hélico n’a été retrouvé, aucun article de journal n’a relaté cet accident, qui aurait dû faire la manchette, selon toute vraisemblance ?

Maintenant, j’ai hâte que Caroline découvre que le bouquet de fleurs qu’elle a reçu à l’hôpital psychiatrique lui a été envoyé par sa maman. Céline Dion avait tort : ce n’était pas qu’un rêve.