Ça paraît quand une équipe met les bouchées doubles ou triples pour bonifier son contenu. Ça donne de la télévision pas paresseuse, remplie de trouvailles, comme ce qu’offre La vraie nature de TVA à ses fans.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Uniquement dans la grange à souvenirs, on constate déjà l’ampleur de la recherche qui a été effectuée en amont. Les petits soldats de Claude Legault, le magnétocassette qui a contribué à façonner le son accéléré de François Pérusse ou les vieux dépliants d’activités paroissiales de Mélanie et de Stéphanie Boulay, ces artéfacts enrichissent les histoires que racontent les locataires temporaires du magnifique chalet de Jean-Philippe Dion.

On constate le même souci du détail dans 1res fois de Véronique Cloutier, autre émission qui ne lésine pas sur les moyens à déployer pour surprendre ses invités.

La qualité des extraits vidéo de La vraie nature déclenche toujours des réactions sincères et amusantes chez les interviewés. Les premières harmonies des sœurs Boulay sur Over the Rainbow, des sketches de cégep de Claude Legault ou les premières Deux minutes du peuple à CKOI, on se croirait aux Enfants de la télé, mais dans un décor super « hygge », avec des chandelles partout, des courtepointes de grand-mère et des chaises de bois dénichées dans des brocantes.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Jean-Philippe Dion, ici entouré des invités Claude Legault, Mélanie et Stéphanie Boulay, et François Pérusse, anime l’émission La vraie nature à TVA.

Et il y a le contenu, évidemment. Il n’y a pas de révélations fracassantes qui explosent au bout du quai ou devant le foyer. Nos vedettes québécoises, on commence à bien les connaître, à l’endroit et à l’envers.

Reste que l’environnement de type cocon de La vraie nature facilite le retour sur les moments plus difficiles des artistes. Claude Legault a reparlé de son enfance pas évidente à Montréal-Nord, de ses flirts avec les drogues de pauvre (colle, mescaline, acide) et de sa relation complexe avec son père. L’extrait de Minuit le soir illustrait parfaitement son propos très intime.

Mélanie Boulay ne veut plus jamais s’épuiser au point de toucher le fond, comme à ses débuts dans le showbiz. La plus grosse dispute entre Mélanie et Stéphanie Boulay a éclaté quand elles ont été jointes pour devenir mentors à La voix. Était-ce un bon choix pour leur carrière ? Peut-être pas.

François Pérusse a grandi dans la pauvreté. Il jouait au Frisbee avec le couvercle d’un pot de crème glacée. Son personnage d’animateur de radio communautaire boboche ? C’était lui, à ses débuts.

Lundi matin, j’ai appelé directement Jean-Philippe Dion pour jaser de cette troisième saison de La vraie nature. L’animateur, que j’avais au bout du cellulaire, a transmis ma demande d’entrevue à l’attaché de presse de La vraie nature, qui l’a, à son tour, transmise au service des communications de TVA, qui n’a pas donné signe de vie.

Bref, la directive de boycottage de TVA envers ma petite personne fêtera bientôt ses trois ans. Joyeux anniversaire à moi !

Parlant de Jean-Philippe Dion, son nom a été évoqué pour succéder à Julie Snyder à la barre de Star Académie, en février 2021. À La vraie nature ou à (feu) Accès illimité, Jean-Philippe a toujours accompli du bon boulot. Il contrôle les interviews et supervise leur montage par la suite.

Star Académie, c’est complètement autre chose. C’est une énorme machine, qui exige une excellente maîtrise du direct. Et pour tenir les manettes de Star Académie, ça prend une forte personnalité, une souplesse devant l’imprévu et un amour des variétés.

Julie Snyder et Véronique Cloutier possèdent ces compétences. Jean-Philippe Dion, un peu moins, si je me fie aux deux galas Artis qu’il a copilotés à TVA. Se « revirer sur un 10 sous » n’est pas sa plus grande force.

Maripier Morin, maintenant. Ferait-elle une bonne animatrice de Star Académie ? Je ne pense pas. Maripier Morin excelle quand elle n’a pas de chronomètre à respecter ou de consignes à expliquer. Son naturel ressort mieux dans un contexte éclaté, comme son défunt talk-show sur la chaîne Z, que dans un grand plateau à la Studio G.

Star Académie, c’est un paquebot géant avec un tas de commandes à suivre. Quand le carcan devient trop serré, comme à Face au mur, Maripier Morin étouffe et perd tout son pétillant. Le format rigide de Star Académie ne lui conviendrait pas, je pense.

La voix du succès

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

La voix, à TVA, en est à sa huitième saison.

Sans surprise, La voix de TVA a dominé les sondages d’écoute du dimanche soir avec ses 1 925 000 fans, un peu moins que les 2 037 000 personnes qui ont visionné la première de l’an dernier.

Dans ma chronique de lundi sur La voix, mea culpa, j’ai débaptisé le Sherbrookois Jean-Daniel Labrie, le pasteur et musicien de l’église Axe21.

La vraie nature a été vue par 949 000 adeptes, suivie de près par Tout le monde en parle (917 000) et Vlog (862 000). Quant à la cérémonie des Oscars sur CTV, elle a intéressé 430 000 cinéphiles francophones.

À ce sujet, il faut absolument voir le thriller sud-coréen Parasite, qui a tout raflé dimanche soir. Il est offert en location. On y suit les membres d’une famille de pauvres qui infiltrent une famille de riches en se faisant passer pour des gens qu’ils ne sont pas. Et tout ça dégénère de façon très angoissante.