Dans L’échappée à TVA, la marijuana n’est pas l’amie de Romy Lalonde (Sophie Nélisse). Dès qu’elle fume, c’est-à-dire très souvent, l’adolescente de Sainte-Alice-de-Rimouski entend des voix, passe en mode paranoïa et devient violente, notamment envers son père en fauteuil roulant, joué par Hubert Proulx.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Romy souffre d’anxiété et de dépendance au cannabis. Romy a même été terrassée par une psychose toxique. Son papa, Julien, pour la sortir du centre jeunesse, a dû se débarrasser de sa plantation de pot personnelle, coupant ainsi l’approvisionnement de Romy.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Romy (Sophie Nélisse) dans L’échappée

La semaine dernière, Romy a rechuté en s’allumant un joint acheté dans la rue, qui l’a replongée dans un état de détresse épouvantable. Les effets de caméra pour illustrer son mal de vivre donnaient le tournis.

Presque en simultané, mais dans L’heure bleue de TVA, l’adolescente Audrey (Jade Charbonneau) tombait quasiment inconsciente après avoir fumé du cannabis avec son copain, dans un parc de Cowansville. L’ambulance est même venue cueillir Audrey, étendue sur une table à pique-nique.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Audrey (Jade Charbonneau) dans L’heure bleue

Dans 5e Rang à Radio-Canada, la même actrice, Jade Charbonneau, qui incarne ici Chloé, la fille du garagiste Paul (Luc Senay), a également inhalé du mauvais stock, que lui a vendu le pauvre Jean-Michel (Frédéric Millaire-Zouvi). Direction : l’hôpital. Encore une fois.

C’est comme si L’échappée, 5e Rang et L’heure bleue s’étaient passé le mot pour « faire peur au monde », surtout aux parents d’adolescents, en montrant les pires conséquences de la consommation de cannabis. Psychose ! Hospitalisation ! Attention, vous allez tous perdre la carte comme Johnny Depp dans le film Peur et dégoût à Las Vegas !

Bref, on est loin du temps où la Dre Claire Hamelin (Marie-Thérèse Fortin) de Mémoires vives prenait deux ou trois « poffes » de joint pour relaxer après une grosse journée à l’hôpital de la Rive-Sud.

Suis-je le seul à trouver ces scènes exagérées ? Je n’encourage aucunement la prise de drogue ici. Je me questionne sur l’angle alarmiste qui a été adopté par ces trois séries québécoises, écrites par des auteurs différents, il faut le préciser.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE L’ÉMISSION

Dans L’heure bleue de TVA, l’adolescente Audrey (Jade Charbonneau) tombait quasiment inconsciente après avoir fumé du cannabis avec son copain, dans un parc de Cowansville.

Lors des débats sur la légalisation du cannabis, l’Association des médecins psychiatres du Québec a bien mis en garde la population : les adolescents qui fument trop risquent de développer de graves problèmes de santé mentale, dont la schizophrénie.

Ça demeure de la fiction, mais en visionnant ces téléromans, on a l’impression que tous les ados qui fument un joint se ramassent avec un soluté dans le bras. Il y a de quoi paniquer. La nuance semble s’être perdue dans un nuage de boucane.

« Oui, la psychose toxique peut arriver et c’est tragique. Reste que le risque demeure, somme toute, faible », rappelle Jean-Sébastien Fallu, chercheur à l’Institut universitaire sur les dépendances et professeur à l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal.

Selon M. Fallu, « dramatiser ou exagérer les risques de la consommation de cannabis, ce n’est pas quelque chose qui donne des résultats probants » si l’on souhaite faire de la prévention.

La directrice générale de la Maison Jean-Lapointe, Anne Élizabeth Lapointe, abonde dans le même sens : « Les jeunes qui ont déjà expérimenté avec le cannabis vont discréditer ces scènes-là. Les jeunes savent que ce n’est pas ça qui arrive. Il ne faut pas sous-estimer leurs connaissances. »

Faire peur, ça ne marche pas, même si l’intention derrière ça est bonne.

Anne Élizabeth Lapointe, directrice générale de la Maison Jean-Lapointe

Donc, on prend une bonne respiration (d’air pur, bien sûr) avant d’enfoncer le bouton panique.

Ah oui, la comédienne Jade Charbonneau qui campe Chloé dans 5e Rang et Audrey dans L’heure bleue incarne également Anne-Sophie dans la série Toute la vie, une troisième fumeuse occasionnelle d’herbe, qui n’a toujours pas frôlé la syncope. On croise les doigts.

Les robes funky de Julie

Julie Snyder a ressorti ses tenues thématiques, lundi soir, à son talk-show La semaine des 4 Julie sur V. Pour accueillir Martin Petit, créateur de la comédie Les pêcheurs, l’animatrice a enfilé la robe poisson que Michel Robidas lui avait confectionnée, il y a 20 ans, pour son aventure à la télévision française.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE FACEBOOK DE LA SEMAINE DES 4 JULIE

Julie Snyder dans sa robe poisson

Pour recevoir l’humoriste belge Laura Laune, la démone a revêtu la robe « moules-frites », aussi tirée dans sa collection personnelle. Cet épisode a été regardé en direct, lundi soir, par 223 000 personnes.

Toujours lundi, le hockey du Canadien à RDS a rivé 557 000 fans à leur poste. District 31 reste au sommet (1 583 000), suivi de Fugueuse 2 (1 083 000), de L’échappée (1 007 000) et du Tricheur (942 000). À Radio-Canada, Les pays d’en haut (662 000) et Une autre histoire (658 000) ont presque obtenu le même score, tandis que Lâcher prise (813 000) a filé devant En tout cas (645 000).