C’est impossible de résister à une bonne intrigue policière emballée dans du ruban en plastique jaune pétant : défense de passer. Une vraie drogue. Les téléspectateurs québécois (émoji de gars qui lève la main) raffolent des gyrophares, des affaires mafieuses et des « enwèye, drop ton gun » !

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Dans District 31, l’histoire de l’adolescente Clara, 15 ans, assassinée près du mythique poste 31, me hante depuis la semaine dernière. L’auteur Luc Dionne a semé plein d’indices pour mélanger ses disciples et leur faire échafauder une kyrielle de théories.

Le coach de volleyball (Julien Hurteau) très (trop ?) impliqué auprès de ses joueuses, des textos entre copines qui complotent une vengeance, un père (Guillaume Champoux) peu aimable et un journal intime que la mère (Noémie Yelle) refuse de fournir aux enquêteurs, le coupable se cache quelque part là-dedans. Mais où, exactement ? J’adore.

Au Québec, les téléséries et téléromans qui ont récemment négocié un virage policier se remplument.

L’échappée de TVA, avec son tueur en série (Patrick Hivon), ses enlèvements et les valeureux détectives Richard (Pierre-Yves Cardinal) et Marie-Louise (Bianca Gervais), c’est devenu du policier.

Dans Une autre histoire à Radio-Canada, le volet le plus captivant concerne le passé d’Anémone (Marina Orsini), le meurtre qu’elle a commis dans la station-service et l’infatigable croque-mort Vincent (Sébastien Ricard) qui souhaite venger sa sœur injustement tuée.

L’intrigue de Fugueuse 2 à TVA, c’est du District 31 pur jus. Des jeunes de la rue qui disparaissent, leurs corps qui flottent dans une carrière, des morsures étranges, un « sugar daddy » louche, une prostituée autochtone et Fanny (Ludivine Reding) qui ne recule devant rien, même les plus grosses invraisemblances, pour épingler ses anciens amis du loft au centre-ville (salut Carlo, bonjour Damien, bye Natacha).

Cerebrum de Radio-Canada, c’est un thriller policier mené par l’intense sergente-détective Simone Vallier (Christine Beaulieu), avec une incursion dans l’univers de la psychiatrie.

À l’automne, Alerte Amber de TVA se métamorphosera en Alertes, où l’escouade de la capitaine Stéphanie Duquette (Sophie Prégent) élargira son rayon d’action.

Pour le moment, L’heure bleue de TVA résiste à la vague policière qui déferle sur la télé québécoise. Non, attendez. C’est faux. L’heure bleue a souvent trempé dans le policier avec la mort accidentelle du petit Guillaume, les agissements du pédophile Gaétan Morneau (Fabien Dupuis) et l’emprisonnement de Xavier Martel (Rémi Goulet). Mais depuis quelques mois, c’est plus tranquille, côté arrestations, à Cowansville.

C’est évident que la popularité de District 31, qui ne dérougit pas depuis quatre ans, a contaminé les grilles des diffuseurs québécois, comme la variole hémorragique à Sainte-Adèle (pauvre Oscar Labranche !). Il y a de la police partout : dans La faille, dans Faits divers, dans Victor Lessard, dans Fragile.

Même la savoureuse comédie Lâcher prise a son propre patrouilleur de la police de Montréal, le sympathique Simon (Jean-Moïse Martin), toujours à une parole d’être dans le pétrin.

Dans le lot de productions québécoises, c’est le téléroman 5e Rang de Radio-Canada qui profite le mieux de l’effet de levier du contenu policier.

Depuis que les intrigues tournent autour des deux squelettes déterrés dans la ferme de Marie-Luce (Maude Guérin) et du cadavre déposé chez Charles (François Papineau), c’est bien meilleur que la table régionale de Mireille (Geneviève Brouillette).

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA

Maxim Gaudette incarne le policier Frédéric Longpré dans 5e Rang.

Les deux corps de police du téléroman, dont un constitué du seul flic actif de Valmont, le valeureux Frédéric Longpré (Maxim Gaudette), jonglent encore avec trois meurtres non résolus.

Il y a celui de Guy Bérubé (Bobby Beshro), survenu il y a 25 épisodes déjà. Il y a celui de Carole, la mère de Réginald (Maxime de Cotret), survenu au début des années 90. Et il y a celui, très récent, de la prostituée Laura Kaminski (Léa Girard-Nadeau).

Toutes les magouilles entourant le bandit Vince (Francisco Randez), le garagiste Paul (Luc Senay) et le mécano Jean-Michel (Frédéric Millaire-Zouvi) bonifient 5e Rang pas mal plus que les menus de prêt-à-manger du chef Pascal Faubert (Antoine Durand).

Toujours dans 5e Rang, voici une hypothèse à étudier : Charles est le père biologique de Réginald. Cela me paraît fort plausible.

Dans le dernier épisode, on a vu Charles jeter à la poubelle une casquette d’enfant presque identique à ce que porte Réginald depuis le premier épisode. Ce lien filial expliquerait également la relation complexe qu’entretiennent Charles et Réginald depuis plusieurs années. Faudrait mettre Sam et Joe sur le dossier. Et Gladys aussi, tant qu’à y être.

Chiffrier de la télé

Dimanche soir costaud pour Tout le monde en parle, qui a intéressé 1 205 000 personnes. Il faut mentionner que TVA, dont La magie des stars a attiré 845 000 curieux, n’a pas encore sorti son gros canon La voix, qui pétaradera à partir du 9 février. Samedi soir, l’émission En direct de l’univers consacrée à Mika a diverti 870 000 téléspectateurs.

Rectificatif

Dans une version antérieure de cet article, nous avons indiqué que le garagiste Paul de 5e Rang était incarné par Luc Guérin. Or, c'est plutôt Luc Senay qui joue ce rôle. Nos excuses.