(New York) Megyn Kelly soutient qu’elle a, elle aussi, « paradé » devant le magnat de Fox News Roger Ailes, qui voulait « vérifier » son physique pour les caméras de télévision.

David Bauder
Associated Press

L’ancienne vedette de Fox News faisait référence à une scène insoutenable du film Bombshell (Scandale), où John Lithgow, incarnant le défunt patron de la chaîne américaine, ordonne à une aspirante présentatrice de nouvelles, jouée par Margot Robbie, de tourner sur elle-même puis de remonter le bas de sa robe — encore et encore. Ce personnage est fictif.

PHOTO ANGEL FRANCO, ARCHIVES THE NEW YORK TIMES

Roger Ailes, en 2002.

Megyn Kelly, aujourd’hui pigiste après avoir perdu son poste à NBC News, a publié une vidéo en ligne où elle visionne et commente le film, en compagnie de son mari et de trois autres femmes qui ont accusé Ailes et l’ancien chef d’antenne Bill O’Reilly de harcèlement sexuel.

PHOTO ANDY KROPA, ARCHIVES INVISION/AP

Bill O’Reilly

« On m’a demandé de (parader) et — que Dieu me vienne en aide — je l’ai fait », a déclaré Megyn Kelly, une ancienne avocate qui est devenue vedette chez Fox en heures de grande écoute, avant de quitter la chaîne en 2016.

Elle a raconté qu’elle ne pouvait s’empêcher de penser à la façon dont elle était passée de la faculté de droit, d’audiences en Cour d’appel et d’une offre pour devenir associée dans un cabinet d’avocat, pour ensuite « performer » devant Roger Ailes. « Si vous ne saisissez pas à quel point c’est dégradant, je ne peux rien pour vous », a-t-elle déclaré. « Je donnerais n’importe quoi » pour retourner en arrière et refuser sa demande.

Megyn Kelly a déjà accusé Ailes d’avoir tenté de l’embrasser de force et de vouloir des photos d’elle nue à d’autres occasions.

Ailes, mort en 2017, et O’Reilly ont nié toute implication dans des activités sexuelles non consensuelles. Ils ont tous deux été remerciés pour inconduite sexuelle, mais ils ont reçu des millions de dollars en indemnités de départ du propriétaire de la chaîne, Rupert Murdoch.